Vifs échanges à Arta

12 juillet 2013 5 h 43 min0 commentsViews: 29

La quatrième étape de la tournée de la caravane parlementaire a été marquée lundi dernier à Arta par un  débat houleux et fructueux qui a opposé les députés, les membres du Conseil Régional, les dirigeants des associations et des organisations de la société civile et les chefs coutumiers. Les députés et les cadres administratifs de l’Assemblée nationale ont également sillonné le village de Weah, la localité de Karta, sise au Lac Assal,  et celle de Damerjog afin de recueillir les doléances des habitants et constater de visu les problématiques existantes.

Les députés Djibril Abdillahi Miganeh et Omar Waberi Mallow ont conduit lundi dernier une caravane parlementaire au chef-lieu de la région d’Arta. Celle-ci comprenait notamment des cadres administratifs de l’Assemblée nationale, dont le secrétaire général Ismaïl Goulal Boudine. Dès leur arrivée sur les hauteurs de la ville d’Arta, les  parlementaires ont été accueillis par le président du conseil régional, Omar Djama, qui les a ensuite emmenés jusqu’au siège de la préfecture pour une visite de courtoisie au préfet Atteyeh Waiss. Au cours de l’entrevue, celui-ci a présenté aux élus nationaux la situation de la région, ses difficultés et ses perspectives.

Après cette rencontre, les parlementaires ont tenu une réunion de concertation et de réflexion  avec les membres du Conseil régional, les dirigeants des associations et des organisations de la société civile et les chefs coutumiers. La table ronde, qui a regroupé une cinquantaine de personnes, a permis au député Omar Waberi Mallow d’expliquer les tenants et aboutissants de cette caravane parlementaire.

Pendant plusieurs heures, les uns et les autres ont passé en revue toutes les difficultés qui enfreignent le développement de la région. A Arta, les membres du conseil régional et les représentants de la société civile ont mis en exergue la rareté de l’eau, la dégradation du collège et du lycée. Sans oublier le chômage qui reste endémique. De concert avec les députés les représentants des organisations de la société civile et les leaders communautaires ont soulevé, outre les grands maux qui nécessitent l’appui de l’Etat, des solutions de proximité permettant de résoudre à court terme et avec les moyens de bord certaines contraintes.

…Les étapes de Weah, Karta et Damerjog. Après Arta, la caravane parlementaire s’est rendue au village de Weah où ils ont fait une découverte macabre. En effet, guidés par les responsables locaux, les députés ont été conduits au site de la décharge du village où gisaient les carcasses d’une cinquantaine des chèvres dont l’origine de la mort est inconnue. Les parlementaires passèrent aussitôt à l’acte et demandèrent aux autorités concernées l’envoi d’urgence d’une équipe de vétérinaires pour identifier la cause de cette catastrophe et effectuer également les soins.

Les députés ont ensuite visité l’unité de pompage de l’eau qui alimente aussi bien Weah qu’Arta. Sur place, ils ont constaté la vétusté des installations. Les leaders coutumiers de Weah ont demandé aux élus nationaux de s’occuper en priorité de ce dossier car les grosses fuites des canalisations font perdre à la région la moitié de la production locale.

Par la suite, les députés ont fait un détour au village de Karta, sis au secteur du Lac Assal. Là encore, les femmes de cette localité sont montées au créneau. Telle Mme Mola Hamadou qui a exposé aux élus nationaux les conditions difficiles dans lesquelles vivent les habitants de Karta.

Elle a notamment insisté sur le spectre de la soif qui menace la population locale.  Sur ce point précis, les députés lui ont répondu que des travaux de prospection de forages seront incessamment menés  par la direction de l’eau.

D’Arta à  Damerjog à en passant par Weah et Karta, les doléances des populations de cette région étaient presque identiques. En effet, celles-ci tournaient autour de la lutte contre la soif, la pauvreté, le chômage  et l’insuffisance des infrastructures sociales. C’est dire l’intérêt de ces causeries de proximité qui ont bénéficié de l’appui technique et du soutien financier du PNUD, partenaire au développement. L’objectif visé par ce biais était de recueillir des informations qui vont permettre de tracer une véritable stratégie de développement locale et régionale.

Tags:

Leave a Reply


Trackbacks