SEAS/PNUD : Priorité au renforcement de la protection sociale

5 août 2018 9 h 06 min0 commentsViews: 57

Le Secrétariat d’Etat aux Affaires Sociales (SEAS) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont entériné mercredi 1er août dernier la signature d’un accord de partenariat. La conclusion de ce protocole est intervenue au cabinet du SEAS. Les signataires en étaient la secrétaire générale de ce département ministériel et la représentante adjointe de l’agence onusienne.

SEAS signature

L’initiative s’inscrit dans le cadre du renforcement  de la stratégie nationale de la protection sociale. Elle est porteuse d’un appui du système onusien au processus de mise en œuvre de la stratégie nationale de la protection sociale. Tant mieux dans la mesure où la protection sociale est au cœur de la feuille de route du gouvernement. En effet, l’Exécutif, à travers le département chargé des affaires sociales entend consolider davantage les acquis de la protection sociale. Et ce notamment par le biais de l’élaboration  d’une stratégie ambitieuse, destinée à améliorer considérablement les conditions de vies des populations vulnérables. Appelée communément socle national de la protection sociale, cette stratégie s’étale sur quatre ans (2018-2022), et a pour but d’atténuer les risques les plus importants. Elle s’articule autour de plusieurs axes directeurs. Citons  la mise en place de filets de sécurité qui garantissent contre les risques les plus fréquents (assurance maladie, mutualisation), l’autonomisation des catégories les plus vulnérables qui permettra de faire face aux× chocs tant économiques que sociaux (soutien aux activités génératrices de revenus, micro finance renforcement de capacités).

D’autres volets et non des moindres portent sur le ciblage des couches sociales les plus défavorisées (familles indigentes, personnes handicapées, enfants en situation difficile, femmes, personnes du troisième âge), le développement des services sociaux de proximité, et l’organisation rapide, efficace et bien ciblée des secours en cas de catastrophes et de sinistres.

C’est tout le sens du présent accord. Lequel est conçu  dans la durée et doit apporter un soutien  dans plusieurs domaines et précisément le renforcement de capacités des acteurs de la protection sociale.

A noter que cette stratégie s’inscrit dans cette dynamique de transformation durable des conditions de vie des populations les plus vulnérables et dans une logique de droit. Elle vise la construction d’une société de bien-être sur le long terme tout en répondant aux besoins de résilience des citoyens sur le court et moyen terme.

Suivant cette logique, et conformément à l’engagement du pays dans la réalisation des Objectifs du Développement Durable (ODD), la stratégie nationale de protection sociale propose la mise en œuvre d’un socle national de protection sociale tel que proposé par la recommandation 202/2012 de l’OIT créant les socles nationaux de protection sociale tout en les combinant avec des programmes complémentaires de protection sociale.

Cette stratégie stipule également l’intensification des efforts tournés vers l’autonomisation socio-économique des populations en situation de précarité et leur sortie durable du cercle vicieux de la pauvreté.

Une fois entériné l’accord de partenariat, la secrétaire générale du SEAS a fait une brève intervention dans laquelle elle a mis en exergue l’utilité de cet accord, qui va nettement renforcer la protection sociale sous les cieux djiboutiens. Même son de cloche du coté de la représentante adjointe du PNUD.

Sadik Ahmed

Leave a Reply


Trackbacks