Revue de presse Djibouti : le FMI table sur une croissance de 7% en 2017

18 janvier 2017 8 h 08 min0 commentsViews: 183

Les perspectives de Djibouti à moyen terme sont favorables, d’après une étude d’Oxford Business Group. Selon la Banque mondiale, les investissements publics et privés devraient continuer à stimuler le développement économique.

Même son de cloche du côté du FMI, qui prévoit une croissance stable du produit intérieur brut (PIB) à 7 % en 2017. De plus, le FMI prévoit une inflation – 3% en 2016 – qui devrait légèrement remonter en 2017 et 2018.

Investissements massifs dans les infrastructures. Le pays, qui compte moins d’un million d’habitants, a investi ces deux dernières années environ 14 milliards de dollars dans des projets de grande envergure (transports, hydrocarbures et électricité) afin de renforcer son attractivité en tant que pôle commercial.

Djibouti, longtemps le point d’entrée principal de l’Ethiopie voisine, a ainsi inauguré fin octobre une ligne ferroviaire pour le transport de passagers de 4 milliards de dollars. Elle reliera le port de Djibouti à Addis Abeba, la capitale éthiopienne, en moins de 10 heures, contre environ deux jours par route auparavant, selon la presse. La ligne avait été d’abord utilisée pour le fret l’année dernière afin d’acheminer du blé vers les zones touchées par de graves inondations en Ethiopie.

En complément au maillage ferroviaire renforcé, les autorités souhaitent consolider les capacités portuaires pour faire du port de Djibouti le point d’entrée privilégié vers l’Ethiopie et le continent dans son ensemble. L’Autorité des ports et des zones franches de Djibouti (APZFD) travaille actuellement à l’inauguration de cinq installations portuaires supplémentaires sur les cinq prochaines années, dont plusieurs seront dédiées au fret spécialisé (bétail et minéraux).

Le plus grand projet de l’APZFD concerne la création du Terminal Multipurpose de Doraleh d’un montant de 590 millions de dollars grâce à un investissement conjoint du port de Djibouti et de China Merchants Holding. Il se situera à proximité immédiate de la ville de Djibouti et devrait entrer en service d’ici au premier trimestre 2018. Une zone franche d’entreposage et de manutention se chiffrant à 3,5 milliards de dollars est également en construction pour répondre aux besoins croissants prévus.

La construction de deux nouveaux aéroports, valorisés tous deux à 599 millions de dollars et visant à multiplier par huit la capacité aérienne d’ici à leur achèvement, a également été poursuivie en 2016.

L’aéroport international Hassan Gouled Aptidon, le plus grand des deux, se situera à 25 kilomètres de la ville de Djibouti. D’ici à son achèvement en 2018, il devrait accueillir 1,5 million de passagers et atteindre une capacité de 100 000 tonnes de fret par an. Le deuxième, l’aéroport international Ahmed Dini, se situera près des îles des Sept Frères, un archipel au large de la côte d’Obock. Sa future fréquentation est estimée à 767 000 passagers par an.

Ces nouvelles installations s’ajouteront à l’aéroport international existant de Djibouti-Ambouli, qui accueille chaque année 250 000 passagers.

Energie durable. Au-delà des grands ouvrages de transports, les autorités misent également sur plusieurs projets géothermiques et solaires pour abaisser les prix de l’électricité, qui s’élèvent à 0,28 dollar/KWh à Djibouti (comparé à la moyenne africaine de 0,14 dollar/KWh), et évoluer vers une plus grande autonomie énergétique à terme.

En août, l’Office Djiboutien de Développement de l’Energie Géothermique a signé un accord avec le conglomérat japonais Toshiba pour le développement de projets d’énergie géothermique à hauteur de 50 MW dans tout le pays. En exploitant cette énergie géothermique, la capacité de production électrique installée du pays, qui s’élève aujourd’hui à environ 120 MW, devrait fortement augmenter.

Début 2016, Djibouti a également lancé la construction d’une centrale photovoltaïque dans le sud du pays. C’est le résultat d’un accord de partenariat avec le Suisse Green Enesys. Ce complexe de 360 millions d’euros sera construit en six phases de 50 MW chacune. A son achèvement, il sera l’un des plus grands de la région dans sa catégorie, et le premier du pays à être raccordé au réseau électrique national.

Cette centrale solaire représente une étape importante vers l’objectif de produire 100 % d’électricité à partir d’énergies renouvelables à l’horizon 2020, et de réduire la dépendance aux importations en provenance de l’Ethiopie, qui aujourd’hui représentent 65 % de sa consommation.

Perspectives d’avenir. Les investissements consacrés aux infrastructures, alliés à l’augmentation des capacités de production électrique et à la diminution des prix de l’électricité, devraient améliorer substantiellement le climat des affaires et mettre le pays sur la voie de la croissance à court et moyen terme.

D’autres réformes lancées au cours des dernières années ont déjà aidé à ouvrir cette économie traditionnellement centrée sur l’Etat aux investisseurs étrangers. Pour preuve, la création du Haut Conseil National du Dialogue public-privé, et de l’Office Djiboutien de La Propriété Industrielle et Commerciale.

Ainsi, les délais d’immatriculation des entreprises sont passés de 37 jours à moins d’une semaine, les procédures administratives ont été simplifiées, et certaines conditions de capital social ont été levées pour les entreprises à responsabilité limitée. Cette année, le gouvernement cherchera à tirer davantage profit de sa position au carrefour des routes commerciales mondiales pour s’affirmer en tant que lien entre l’Afrique et l’Asie. Signe que Djibouti intéresse par son emplacement sur l’une des voies maritimes principales entre l’Asie et l’Europe et à proximité d’une Ethiopie enclavée qui reçoit la majeure partie des investissements chinois en Afrique, la Chine a annoncé vouloir construire sa première base militaire étrangère à Djibouti pour un loyer annuel de 100 millions de dollars, selon la presse. Les liens entre les deux pays ne font donc que se resserrer.

Source : africanmanager.com (https://africanmanager.com/07_djibouti-le-fmi-table-sur-une-croissance-de-7-en-2017/)

Leave a Reply


 

Trackbacks

Close
Ne ratez plus les mises à jour de la Nation
En cliquant sur l'un de ses liens, vous serez informé en temps réel.