Réunions du printemps des institutions de Bretton Woods : M. Moustapha Mohamed Mahamoud à Washington

Réunions du printemps des institutions de Bretton Woods : M. Moustapha Mohamed Mahamoud à Washington

22 avril 2018 9 h 01 min0 commentsViews: 86

Le ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, Moustapha Mohamed Mahamoud, participe aux réunions du printemps du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque mondiale qui se tiennent à Washington du 16 au 22 avril 2018. Le ministre est accompagné d’une délégation de hauts cadres de son département. 

M. Moustapha Mohamed Mahamoud à Washington (2)

Comme plusieurs de ses collègues, le ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, Moustapha Mohamed Mahamoud, participe aux réunions du printemps de la BM et du FMI. L’occasion pour de nombreux acteurs du monde entier d’échanger et de partager des informations et des expériences inhérentes à des thématiques économiques ou sociales. C’est l’occasion aussi d’évoquer la question de l’efficacité de l’aide et de l’appui de la banque mondiale et d’étudier les projets financés lors de séminaires et de conférences organisées à cette occasion.

Le ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle est accompagné dans ce déplacement par l’Inspectrice Générale, Mouna Ismaël Abdo, la Secrétaire exécutive, Ayane  Osman Abrar, le Directeur Général de l’Administration, Saleh Alwan Issé, et le Directeur des projets, de la Maintenance et des Equipements, M. Daher Omar Obsieh.

La semaine de travail du MENFOP a démarré le lundi 16 avril par une rencontre avec Déon Filmer, expert de la BM. Le ministre et le banquier ont eu une réunion de travail au cours de laquelle fut faite une présentation sur un rapport phare du groupe de la Banque mondiale portant sur le développement dans le monde. Il est important de souligner que le rapport intitulé « Apprendre pour réaliser la promesse de l’Education » 2018 dont M. Déon Filmer est le co-directeur s’ouvrant sur cette célèbre citation de Nelson Mandela «L’Education est l’arme la plus puissante que nous pouvons utiliser pour changer le monde » est le premier du genre axé sur l’éducation.

La délégation djiboutienne a ainsi pu prendre connaissance d’études portant sur les corrélations entre le milieu socioéconomique et le rendement scolaire, des causes immédiates et profondes de la crise de l’apprentissage mais également d’expériences de certains pays ayant relevé des défis et réussi le pari de la qualité par des réformes profondes, des améliorations soutenues ou des approches différentes et ciblées. Cette présentation a été enrichissante à maints égards. Le ministre a d’abord remercié l’expert et loué son intervention, avant de donner un bref aperçu sur les différents chantiers lancés et les réformes menées au niveau du MENFOP qui sont en phase avec les études récentes et les expériences réussies. Puis, il a échangé avec l’expert et sollicité son avis sur les questions spécifiques au système éducatif djiboutien et les projets transformateurs qui sont actuellement en gestation au MENFOP. Dans l’après-midi de cette même journée, la délégation du MENFOP s’est réunie avec des experts en technologies de l’information et de la communication et des représentants de la Banque mondiale dont le représentant à Djibouti, Atou Seck. Le MENFOP a pu présenter sa stratégie en matière de numérique et de TIC visant à transformer notre école, nos contenus d’enseignement et les pratiques pédagogiques dans le dessein de booster la qualité des enseignements-apprentissages et les performances des élèves Djiboutiens. Les choix stratégiques du MENFOP ont été loués par les participants qui les ont alimentés par des expériences réalisées et des écueils observées dans certains pays.

La journée du mardi 17 avril fut un autre temps fort puisque la délégation s’est réunie avec la directrice de la région M.E.N.A (Middle East and North Africa), Safa El Tayeb El-Kogali, autour d’un petit déjeuner qu’elle a offert à la délégation du MENFOP. Au menu des échanges, un nouveau projet financé par la Banque Mondiale qui constitue le plus grand important en termes d’enveloppe financière pour le MENFOP. Mme Safa s’est dite réjouie de sa collaboration avec le MENFOP avant de réitérer son appui pour l’accompagner dans la réalisation du Plan d’Action de l’Education dont le délai d’exécution a été désormais étendu jusqu’en 2020 pour mieux asseoir les projets de transformation que le MENFOP veut mettre en œuvre  au cours de cette période.

Ainsi, le ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle a pu donner un bref aperçu de l’évolution du système éducatif et de l’ambition politique au plus haut niveau de l’État qui est celle transformer l’école en la modernisant, la rendant ainsi en phase avec les évolutions socioéconomiques du pays. Pour ce faire, il a mis en exergue les leviers majeurs sur lesquels le MENFOP compte agir en vue de relever le défi de la qualité et sa ferme volonté personnelle d’associer tous les acteurs éducatifs pour une réelle appropriation des projets.

Mme Safa El Tayeb El-Kogali a félicité le ministre et l’a conforté dans la poursuite des orientations ambitieuses pour lesquelles son département a opté car, a-t-elle estimé «la taille de votre pays favorise les défis ». « La Banque mondiale vous accompagnera », a-t-elle affirmé, «mais il importe de concevoir tous les projets sur le long terme et d’en construire les fondations en vue de les sécuriser et d’en garantir la pérennisation ». Elle s’est dite convaincue par la pertinence de stratégie du MENFOP en matière de TIC car bien pensée et conçue comme un bon adjuvant favorisant la stimulation et le renforcement des apprentissages.

Ensuite, des experts ont fait deux exposés  portant respectivement sur les financements basés sur les résultats dans les nouveaux projets financés par la Banque mondiale et les expériences globales en matière de gestion scolaire.

La délégation du MENFOP a pu ainsi s’imprégner de ce nouvel outil utilisé par la Banque mondiale visant à optimiser ses partenariats avec les gouvernements. Avec les DLI, le financement des projets est désormais basé sur l’atteinte des résultats (DLI) et non plus sur la réalisation des activités. Ceci permet de lier les financements à des résultats mesurables, prévenant ainsi les projets à risques. Le second exposé a mis en exergue l’importance de la gestion en milieu scolaire comme levier majeur dans l’atteinte de la qualité. Des expériences menées par la Banque Mondiale en Gambie (« Développement de l’école dans son ensemble »), en Argentine (« enseigner avec le test »), en Haïti (« Système d’assurance avec le test ») ont ainsi été présentées à la délégation djiboutienne et ont donné lieu à des échanges fructueux.

L’après-midi a été consacré à la visite d’une école primaire à Washington City où, dans le cadre d’une éducation inclusive, des enfants à besoins spéciaux sont scolarisés. La délégation du MENFOP a été accueillie par la directrice de l’école qui a offert un déjeuner au cours duquel elle a présenté son école et les différentes activités menées en son sein avant de procéder à la visite guidée. L’école, qui compte 850 élèves se situe dans un quartier résidentiel huppé de la capitale américaine et présente des conditions optimales d’enseignement-apprentissage. Le ministre de l’Éducation nationale et ses accompagnateurs ont pu prendre connaissance des spécificités du système éducatif américain offrant une grande autonomie aux écoles, misant ainsi sur le leadership des chefs d’établissements.

Les travaux se poursuivent donc à Washington sous les meilleurs auspices et une fin semaine tout aussi riche en expériences et chargée en activités riches et stimulantes attend la délégation du MENFOP.

MAS 

Leave a Reply


Trackbacks