Rationalisation des dépenses en eau, énergie et télécommunications en milieu scolaire : Le ministre de l’éducation nationale sonne la mobilisation

31 mars 2014 8 h 20 min3 commentsViews: 268

Le ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, le Dr. Djama Elmi Okieh, a dirigé les travaux d’un atelier de sensibilisation sur la rationalisation de l’énergie, de l’eau et de la téléphonie dans les établissements scolaires et les édifices administratifs et pédagogiques du MENFOP. L’atelier, qui s’est déroulé samedi dernier au CRIPEN, a vu la participation de tous les chefs d’établissements scolaires de tous les niveaux d’enseignements aux côtés des cadres et responsables du MENFOP, des représentants des ministères du budget et de l’énergie ainsi que des cadres supérieurs de l’EDD, l’ONEAD, de l’agence Djiboutienne de maitrise de l’énergie (ADME) et de Djibouti Telecom.

L’eau, l’énergie et les télécommunications constituent des leviers importants dans les efforts du gouvernement visant à accélérer le développement économique et le progrès social.

Ce qui explique sans doute les préoccupations des autorités publiques devant les dépenses non maitrisées de ces ressources qui aggravent les factures énergétiques de l’état.

Le Ministère de l’Education Nationale et la Formation Professionnelle(MENFOP) est particulièrement concerné par cette problématique puisqu’il occupe et de loin le plus importants postes de dépenses publique dans le budget de l’Etat.

C’est ce qui explique la mobilisation de la communauté éducative qui s’est retrouvé samedi dernier au CRIPEN dans un atelier de sensibilisation sur la rationalisation de l’énergie, de l’eau et de la téléphonie dans les établissements scolaires. Il s’agissait pour le MENFOP de prendre à bras le corps cette problématique.

…Des phénomènes de gaspillages et des cas d’abus.

Après un mot de bienvenue du directeur général du CRIPEN, M. Mohamed Moussa Yabeh, le  ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, le Dr. Djama Elmi Okieh, a fait un rappel des objectifs et des implications de la problématique de la maitrise des dépenses en eau énergie et télécommunication afin de rationnaliser les dépenses de fonctionnement.

Le ministre a déclaré en ce sens, que cet atelier était l’occasion pour les responsables du MENFOP et la communauté éducative toute entière « d’engager des discussions et des réflexions élargies autour de la problématique afin de dégager des solutions viables visant à faire des économies sur les dépenses en eau, énergie et télécommunications. »

Le ministre a expliqué que « l’accroissement vertigineux des niveaux de consommations en eau, électricité et téléphonie tant dans les établissements scolaires que les édifices administratifs et pédagogiques du MENFOP a gonflé exagérément les factures de l’Etat. »

« Ce qui plombe le budget de l’éducation nationale et empêche le redéploiement de ces lignes de crédits de fonctionnement dans des postes plus prioritaires comme les dépenses en matériels et mobiliers scolaires ou des équipements et des  immobilisations. » a-t-il ajouté.

Le Dr Djama Elmi Okieh a profité de l’occasion pour insister sur l’intérêt de cette réunion qui «mobilise non seulement les cadres et les responsables du MENFOP mais aussi des hauts représentants des ministères du budget, de l’énergie ainsi que des établissements publics et des agences chargées de l’exploitation et la distribution de l’eau, l’énergie et les télécommunications (EDD, ONEAD, Djibouti-télécoms, ADME…) était destinée à formuler des recommandations pour l’élaboration d’une stratégie de lutte contre les mauvaises utilisations de ces ressources cruciales » a-t-il dit.

A cet effet, il a annoncé que les responsables et les techniciens des ministères du Budget, de l’eau, de l’énergie et des télécommunications participants avaient préparé  « des tableaux et des graphiques qui démontrent les aggravations inconsidérées des montants des factures de l’Etat en matière de dépenses en eau, énergie et téléphonie dans les parts du budget alloué au MENFOP. »

Il a rappelé également que le MENFOP avait, d’ores et déjà, mené une vaste enquête sur le terrain afin d’établir les preuves des problèmes de gaspillages et pis encore des utilisations abusives de ces ressources en eau, électricité ou téléphonie dans les établissements scolaires. « Les images qui ont été prises vous montreront l’étendue du phénomène qui s’est propagé à tous les niveaux et les établissements et édifices du MENFOP » a-t-il insisté.

« Ce qui doit nous interpeller nous tous au même chef. » a-t-il martelé. Il a conclu en réaffirmant son engagement car, a-t-il souligné « à un titre personnel, j’ai fait des recommandations afin d’inclure dans la grille d’évaluation des directeurs d’école l’évaluation effective et efficiente d’une utilisation saine et rationnelle de ces ressources en eau, électricité et téléphonie et dans le but d’accroitre la sensibilisation sur ce fléau. »

… Un comité technique chargé d’élaborer une stratégie de rationalisation des dépenses énergétiques, en eau et en télécommunications.

Après les interventions officielles, des images chocs ont été projetées pour mettre l’accent sur la réalité et l’étendue des phénomènes de gaspillage et les cas d’abus relevés dans les établissements scolaires et les édifices pédagogiques et administratifs du MENFOP.

Suite à quoi, les responsables du MENFOP et les chefs d’établissements participant à l’atelier ont suivi une présentation du ministère du budget sur les surcouts  et les augmentations des factures de l’eau de l’énergie, et du téléphone dans les établissements scolaires.

L’étude de ces statistiques a conduit à la conclusion que l’accroissement des établissements scolaires d’une part et les dépenses non maitrisées des ressources d’autres part étaient responsables de cette montée en flèche de la facture des consommations de l’Etat.

Les uns et les autres ont reconnu que ces phénomènes perturbent énormément l’utilisation à bon escient des lignes de crédit allouées au fonctionnement et à l’acquisition des matériels et des mobiliers scolaires du MENFOP.

Sur sa lancée, les représentants des départements de l’énergie, de l’eau, et des télécommunications ont également fait des présentations et lancé des messages pour appeler à plus de vigilance et au bannissement des mauvaises utilisations de ces ressources qui sont sources d’handicap pour le bon fonctionnement du MENFOP.

Ce qui a valu aux responsables du MENFOP et aux chefs d’établissements d’engager des discussions ouvertes et de réfléchir aux implications de la problématique afin d’étudier les voies et moyens de combattre ce fléau.

Aussi, un comité technique composé de responsables administratifs et pédagogiques, des représentants des ministères partenaires et des techniciens a été mis sur pied afin d’élaborer une stratégie de lutte contre ces gaspillages et de rationalisation des dépenses en eau, énergie et télécommunications au sein du MENFOP.

Le comité a pris rendez vous dans les jours à venir afin de se fixer un plan de travail et s’atteler à la tâche dans les meilleurs délais. Gageons  que cette mobilisation sera suivie d’effet dans les mois à venir.

MAS

Leave a Reply