Ramadan 2014 Après l’Iftar : La vie reprend ses droits

8 juillet 2014 8 h 25 min0 commentsViews: 121

Les matinées sont synonymes d’assoupissement en ce début du Ramadan 2014 dans la capitale alors que les soirées sont beaucoup plus animées après l’Iftar que les djiboutiens préfèrent prendre collectivement dans les quartiers populaires.

La vie tourne au ralenti durant le mois du Ramadan. La capitale paraît une ville déserte durant la matinée. Les portes des échoppes sont fermées et la circulation des piétons est quasi inexistante le long des trottoirs des rues.

La vie commence à reprendre ses droits après  l’Iftar que les djiboutiens préfèrent prendre collectivement. Les khatteurs invétérés vont ensuite acquérir leurs doses d’herbe verte à des prix défiant toute concurrence au vieux zouk, sis au  Quartier 1.

Parce que la demande en khat se fait moins forte au cours du Ramadan. Une période au cours de laquelle un bon nombre de consommateurs accros se passent de khat.

Les soirées sont beaucoup plus animées après la prière de  « Tarawih » dans les quartiers populaires où femmes et enfants livrent des parties disputées autour d’un jeu qui fait fureur, le kerem.

Les apprentis footballeurs au visage juvénile ne sont pas en reste. Ils s’adonnent au sport roi sous la lumière des réverbères de l’éclairage public sur les terrains vagues ou les ruelles goudronnées non loin de leurs domiciles familiaux.

Attablés aux restaurants de la place, les moins jeunes dévissent  sur l’essence même du Ramadan. Les plus à plaindre sont les faux dévots qui ne savent plus à quel saint se vouer pendant le mois béni du Ramadan.

 

Leave a Reply


Trackbacks