PUBLICATION DU PREMIER SONDAGE d’OBG AUPRÈS DES chefs d’entreprises à Djibouti

27 septembre 2018 9 h 02 min1 commentViews: 71

Perspectives de développement à court terme

Une solide confiance prévaut

Près des trois quarts des dirigeants d’entreprise djiboutiens prévoient que la croissance du PIB atteindra entre 6 % et 8 % au cours de 2018 et la prochaine année.  Alors que neuf PDG sur dix ont des attentes positives ou très positives à l’égard des conditions commerciales locales au cours des 12 prochains mois. C’est ce que révèlent les résultats de la première édition de l’OBG Business Barometer: Sondage auprès des PDG de Djibouti publiée par le cabinet d’intelligence économique Oxford Business Group (OBG).

Dans le cadre de ce premier sondage d’OBG à Djibouti, la firme mondiale de recherche et de conseil a interrogé individuellement 40 cadres supérieurs provenant de tous types d’industries sur une série de questions visant à évaluer le climat d’affaires. Les résultats du sondage sont maintenant disponibles sur le blog des rédacteurs d’OBG à l’adresse: https://oxfordbusinessgroup.com/blog/souhir-mzali/obg-business-barometer/how-djibouti-positioning-itself-key-entry-hub-africa

Pour la directrice éditoriale pour l’Afrique à OBG, Souhir Mzali, Djibouti, comme plusieurs d’autres pays africains, a enregistré une forte croissance économique au cours des dernières années avec une hausse du PIB de 6,7 % en 2017. « Cette performance est principalement due aux efforts du gouvernement qui, depuis 2014, travaille à restructurer l’économie, notamment avec l’adoption du plan de développement national, intitulé « Vision Djibouti 2035 ».  Une stratégie de plannification prospective qui vise à transformer le pays en une économie à revenu intermédiaire et à en faire une plaque tournante en matière de transport et de logistique. À cet égard, 68 % des participants estiment que le plan Vision Djibouti 2035 sera fructueux ou très fructueux dans l’atteinte de ses objectifs. »

Les efforts pour diversifier l’économie et créer des opportunités d’affaires. Le secteur des transports ayant traditionnellement représenté une part importante du PIB – 28,4 % en 2016 – Djibouti profite de cette opportunité pour en faire une plaque tournante en la matière et une porte d’entrée vers l’Afrique. Depuis 2016, le pays a inauguré trois nouveaux ports: Doraleh, Tadjourah et Ghoubet. Un chemin de fer reliant les villes de Djibouti et Addis-Abeba, en Éthiopie, a été construit et la première phase de la zone de libre-échange internationale de Djibouti, l’une des plus grandes zones franches d’Afrique, a été inaugurée. Bénéficiant de l’une des positions les plus stratégiques du continent, Djibouti compte quelque 900 000 habitants et se situe au carrefour de l’une des routes commerciales les plus animées au monde, entre la mer Rouge et le golfe d’Aden, et à la frontière de l’un des marchés les plus dynamiques de la région et enclavé: l’Éthiopie.

Voisin direct et allié de longue date, l’Éthiopie est l’un des principaux partenaires commerciaux de Djibouti, avec plus de 90% de ses échanges transitant par ses ports. Cependant, les efforts déployés par le gouvernement djiboutien pour développer de nouveaux partenariats dans la région et au-delà pourraient avoir un impact sur les parts de marché à long terme.

Djibouti a actuellement accès à plusieurs marchés de la région en tant que membre du Marché commun de l’Est et du Sud de l’Afrique (COMESA) et de l’Autorité intergouvernementale pour le développement. L’accord récent créant la zone de libre-échange continentale en Afrique (AfCFTA), qui vise à consolider l’intégration et le commerce régionaux, devrait également contribuer à renforcer le portefeuille commercial du pays. Les avis concernant cet accord sont largement favorables. 75% des participants déclarent que la zone de libre-échange continentale en Afrique aura un effet positif ou très positif sur le commerce infrarégional selon le sondage effectué par OBG auprès des chefs d’entreprise du pays.

Au-delà de l’Afrique,  Djibouti a développé des relations solides au cours de la dernière décennie avec l’Asie, notamment la Chine. Grâce à son initiative «Belt and Road», la Chine a activement développé certains des plus importants projets d’infrastructures du pays, comme la construction du chemin de fer reliant le port de Djibouti à Addis-Abeba, au coût de 3,4 milliards de dollars. « Dans une région traditionnellement désignée comme troublée, Djibouti est considéré comme un refuge pour ceux qui cherchent à investir dans la Corne de l’Afrique. Cela dit, les milieux d’affaires restent méfiants quant à l’impact d’instabilité potentielle dans les pays voisins; 65% l’identifient comme étant le principal événement extérieur susceptible de perturber l’économie à court et moyen terme », explique la directrice éditoriale pour l’Afrique à OBG, Souhir Mzali.

L’analyse complète des résultats de l’enquête par Souhir Mzali est disponible sur le blog de l’éditeur d’OBG intitulé «Next Frontier». Les quatre rédacteurs en chef régionaux d’OBG utilisent la plate-forme pour partager les résultats de leurs recherches et de leurs analyses au sujet des plus récents développements intervenant dans les secteurs des 30+ marchés à forte croissance couverts par l’entreprise.

Le Business Barometer: Sondage auprès des PDG de Djibouti figure dans le vaste portefeuille d’outils de recherche du groupe. Les résultats complets de l’enquête sur Djibouti sont disponibles en ligne et sur papier. Des études similaires sont également en cours dans les autres marchés où OBG est présent.

À propos d’Oxford Business Group. Oxford Business Group (OBG) est un cabinet d’intelligence économique et de conseil présent dans plus de trente pays à travers le monde, au Moyen Orient, en Afrique, en Asie et en Amérique. En s’appuyant sur des recherches de terrain, OBG fournit de l’information économique sur de nombreux marchés à forte croissance et compte parmi les leaders dans ce domaine. En plus de ses bureaux à Londres, Berlin, Dubaï et Istanbul, le groupe dispose d’équipes dans tous les pays où il opère.

OBG développe une variété importante d’analyses reprenant l’ensemble des aspects de l’économie de ces pays, notamment les récents développements politico-économiques, le secteur financier, le tourisme, l’énergie, les transports, l’immobilier, les technologies de l’information et de la communication, l’industrie, l’éducation, la santé ainsi que l’agriculture. Le contenu d’OBG est mis à disposition de ses abonnés par le biais de diverses plateformes : Actualités et Tribunes économiques, OBG Business Barometer – CEO Survey, Tables rondes et conférences, Global Platform – entretiens vidéos exclusifs, les publications annuelles The Report, ainsi que son département Conseil.

Leave a Reply


Trackbacks