Projet géothermique de Fialé : Le Président de la République lance les travaux de forage

12 juillet 2018 10 h 34 min1 commentViews: 180

 

 

Le Président de la République, Ismaïl Omar Guelleh, a procédé hier au lancement des travaux de forage du premier puits géothermique de Djibouti, sis à Fialé près du Lac Assal.  L’initiative s’inscrit dans  le cadre de l’ambition nationale qui est  l’utilisation à 100% de l’énergie renouvelable d’ici les années à venir.  La cérémonie de démarrage des opérations de forage a vu la participation de la Première dame du pays et présidente de l’UNFD, Kadra Mahamoud Haid, du Premier ministre, Abdoulkader Kamil Mohamed, du président de l’Assemblée nationale, Mohamed Ali Houmed, des membres du gouvernement dont le ministre de l’Energie chargé des Ressources naturelles, Yonis Ali Guedi, et son homologue kenyan Charles Keter, des parlementaires, des ambassadeurs accrédités à Djibouti, et un bon nombre de personnalités aussi bien civiles que militaires.

 L’exploitation de l’énergie géothermique, que la population djiboutienne appelait de ses vœux  depuis l’indépendance, est en passe de devenir une réalité. Le Président de la République a en effet lancé hier, lors d’une cérémonie conjointement  organisée par  Electricité de Djibouti et le ministère de l’Energie et des Ressources naturelles, les travaux de forage du premier site géothermique  du pays.

Le Président de la République lance les travaux de forage (1)

Au fil d’une journée marquante

Outre le Président de la République, Ismaïl Omar Guelleh, et la Première dame, Kadra Mahamoud Haid, l’événement a vu la participation du chef de la primature Abdoulkader Kamil Mohamed, du président de l’hémicycle national Mohamed Ali Houmed, le ministre de l’énergie et des ressources naturelles Yonis Ali Guedi accompagné de son homologue du Kenya Charles Keter, les autres membres du gouvernement djiboutien, les parlementaires, des ambassadeurs des pays amis dont le chef de la chancellerie française Christophe Guilhou, l’ensemble des partenaires et sponsors financiers dont, le représentant résident de la Banque mondiale Atou Seck et celui de la Banque africaine de Développement.

Le préfet de Tadjourah, Abdoulmalik Mohamed Banoita, les élus régionaux de sa préfecture, la représentante du système des nations unies Barbara Manzi, des représentants d’organisations non-gouvernementales, un bon nombre de personnalités civiles et  militaires, et des habitants des alentours du site de Fialé ont eux aussi assisté à cette cérémonie. C’est sous le rythme du Charah, du Wilwilé et du Hora des troupes de danseurs folkloriques et de chants glorifiant le développement de notre pays par les troupes nationaux Al Khazali, 4 mars et biens d’autres que le président de la République Ismail Omar Guelleh et la première Dame Kadra Mahamoud Haid ont été accueilli, dès leur arrivée sur les lieux.

Les caractéristiques du chantier. Après un mot de bienvenue suivi d’un historique sur les recherches géothermiques à Djibouti, la cérémonie a pu débuter. Le directeur général de l’EDD a pris la parole le premier. Djama Ali Guelleh a indiqué qu’avec la nouvelle technique de forage «dévié», il est possible de capter les ressources géothermiques de plusieurs failles et ainsi augmenter la production de chaque forage. Fin connaisseur du sujet, le directeur général Djama Ali a donné  quelques précisions géologiques «les plaques techniques se séparent à cet endroit et il y a donc présence d’un nombre de failles très importants. La présence du Lac Assal à -153 mètres et qui est située à moins de 15 km de la mer fait que l’écoulement ou l’infiltration d’eau de mer vers le Lac Assal passe par ces failles», a-t-il dit en substance.

Il a mis en exergue que les travaux d’exécution des trois forages géothermiques de Fialé seront terminés dans sept mois et suivra une période de test de production de deux semaines soit une durée totale d’environ huit mois.

Pour sa part, le représentant de la Banque mondiale, Atou Seck, a souligné que le programme de forage du projet ouvrirait la porte à la production d’une électricité plus fiable, abondante et à bas coût qui stimulerait le développement du secteur privé dans le pays, en phase avec les objectifs de croissance durable de la Vision 2035 de Djibouti. Le haut responsable de la Banque mondiale n’a pas caché son engagement et sa détermination à accompagner la nation djiboutienne dans sa quête de transformation structurelle. «Nous rêvons grand avec vous. Nous y croyons et vous accompagnerons» dit-il pour clore son intervention.

On entendait des propos similaires sur les lèvres  du directeur de la BAD.

De son côté, l’ambassadeur de la France, Christophe Guilhou, s’est dit fier de participer via l’Agence Française de Développement, au processus d’exploration géothermique qu’elle finance à hauteur de 2,5 millions d’euros.

Pour clore cette série d’interventions, le ministre de l’Energie et des Ressources naturelles s’est exprimé le dernier. M. Yonis Ali Guedi a indiqué que le potentiel géothermique de notre pays est estimé à un millier de méga Watt.  «Le secteur de l’énergie de notre pays est, malgré tous nos efforts et indépendamment de notre volonté in-interruptible, caractérisé par une des plus faibles capacités électriques installées par habitant. Ce qui, avec une consommation énergétique moyenne de 129 kWh/personne/an fait du Djiboutien Lambda, un des plus faibles consommateurs d’énergie électrique au monde, bien moins que la moyenne Africaine, qui elle, est estimée à 575 kWh/personne/an et se trouve bien en deçà d’une moyenne mondiale à plus de 3125 kWh/personne/an»,a-t-il ajouté.

Pour atteindre les objectifs du développement économique du pays, le ministre a souligné le choix de son ministère de miser sur les investissements directs étrangers, et de lancer le pays vers une nouvelle organisation du marché de l’électricité qui n’est autre que la libéralisation de la production de l’électricité. Un marché qui se devra d’être non seulement libéral, mais aussi concurrentiel, et où les énergies renouvelables seront « LA » pièce maitresse pour établir un modèle efficace, équitable et durable de développement dans un mix énergétique diversifié.

Un projet ambitieux et prometteur. Situé à Fialé, localité entre le Goubet et le Lac Assal, ce projet ambitieux et prometteur, dont l’objectif est de confirmer l’existence des ressources géothermiques de la Caldera Fialé, de tester la qualité de la vapeur et d’évaluer la quantité d’énergie électrique productible, a bénéficié des financements de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement, de l’OFID, de l’AFD, du GEF, de l’ESMAP, et du gouvernement de Djibouti.

A noter que plusieurs sociétés internationales et locales ont été mises à contribution dans le cadre de la mise en œuvre de ce chantier d’envergure. Telle la société Géothermal Consulting, Géologica, société américaine, qui fournit une assistance technique géothermique au projet. L’Iceland Drilling Company, société islandaise a été engagée pour la réalisation des forages profonds utilisant la technologie des forages déviés grâce à la foreuse HH1300 d’une capacité de 240 tonnes. La société tunisienne STEG effectue des  prestations de services auprès du directeur du projet à la tête de l’unité de gestion où contribuent le CERD et l’ODDEG à travers  la participation de leurs directeurs généraux. L’entreprise chinoise Dji Fu assure la réalisation de divers travaux de génie civil comme la route d’accès du site.  Et la société djiboutienne Enerbat  s’occupe de la fourniture des conteneurs habitables, vont coopérer durant les 8 mois de travaux de ces sites pour permettre notre pays d’accéder à l’énergie géothermique.

Rappelons aussi que d’autres sociétés sont en cours de recrutement pour la fourniture des équipements de test et des instruments de mesures des tests ainsi que des sociétés pour la logistique liée aux tests de forages et au contrôle des tests et de leurs résultats.

Vers une baisse des tarifs d’électricité. Il s’agit donc d’un évènement hautement important pour notre pays où, l’acquisition d’une énergie renouvelable et abondante est érigée en priorité absolue dans les objectifs de notre Gouvernement.

Outre la baisse de prix d’électricité pour les ménages djiboutiens, l’exploitation de la géothermie se traduira inéluctablement par la création d’un plus grand nombre de projets économiques, notamment dans le commerce.

Elle contribuera surtout aussi à connecter notre pays avec les dispositions propices à la réalisation d’une véritable industrialisation : ce qui se traduira rapidement par une forte création d’emplois.

Rappelons que cet événement marque la fin d’une longue période d’étude et de prospection qui s’est étendue sur deux années.

A l’issue de la cérémonie, le Président de la République  a visité le site avant de lancer officiellement les travaux de forage de ce premier puits de ressources géothermiques

Rachid Bayleh

 

Leave a Reply


Trackbacks