Projet de bibliothèque et d’archives nationales : Le chef de l’Etat pose la première pierre

25 avril 2017 8 h 57 min3 commentsViews: 283

Des personnalités publiques et simples anonymes ont vibré ensemble au rythme des animations folkloriques etmusicales qui ont ponctué lamatinée de dimanche dernier, passée sur le futur site d’accueil de la bibliothèque et des archives nationales non loin du nouveau campus de l’Université de Djibouti, érigé à Balbala. L’assistance a ensuite pris bonne note des propos du président de la République,M. Ismaïl Omar Guelleh, sur l’intérêt particulier qu’il accorde au succès de ce projet. Son aboutissement devrait contribuer au rayonnement intellectuel et culturel de notre pays. C’était dumoins la conviction affichée du chef de l’Etat.

Le président de la République, M. Ismaïl Omar Guelleh, a procédé dimanche dernier, sur un site de Balbala, au lancement officiel des travaux de construction de l’édifice censé abriter la bibliothèque et les archives nationales. L’événement y a regroupé d’importantes personnalités. Parmi lesquelles figuraient la première dame et présidente de l’UNFD, Mme Kadra Mahamoud Haid, le président de l’Assemblée nationale, M. Mohamed Ali Houmed, le Premier ministre, M. Abdoulkader Kamil Mohamed, le ministre des Affaires Musulmanes, de la Culture et des Biens Waqfs, M. Moumin Hassan Barreh. Plusieurs autres membres du gouvernement, des parlementaires, des diplomates accrédités à Djibouti, des intellectuels djiboutiens, et des représentants de la société civile, ont également pris part au déroulement de la cérémonie de pose de la première pierre de ce chantier d’envergure. Tout ce beau monde a vibré ensemble au rythme des animations folkloriques et musicales qui ont ponctué cette matinée passée sur le futur site d’accueil de la bibliothèque et des archives nationales non loin du nouveau campus de l’Université de Djibouti, érigé à Balbala. L’assistance a ensuite pris bonne note des propos du chef de l’Etat sur l’intérêt particulier qu’il accorde au succès de ce projet. Son aboutissement devrait contribuer au rayonnement intellectuel et culturel de notre pays. C’était du moins la conviction affichée du président de la République Guelleh. « Après les structures éducatives et universitaires, nous jetons aujourd’hui les bases de notre bibliothèque et nos archives nationales qui abriteront notre héritage socioculturel », a dit le président Guelleh.

Très en verve, le chef de l’Exécutif djiboutien a souligné que  la bibliothèque nationale sera le fleuron de notre culture contemporaine alliant authenticité et modernisme. « Elle servira aussi à promouvoir la lecture et l’amour du livre permettant à nos enfants à se cultiver et à s’épanouir », a-t-il déclaré en substance.   Evoquant les archives nationales, il a affirmé que celles-ci constitueront notre mémoire historique, sociale et politique, et font partie de la bonne gouvernance. Car elles reflètent, a-t-il précisé,  une partie de notre culture politique et permettent de retracer l’évolution institutionnelle de notre République.  En effet, le libre accès aux archives  à celles-ci sera grandement utile aux historiens appelés à effectuer un travail de recherche universitaire et objective sur le passé et le présent de notre pays dans les années à venir. Le  président de la République a pris date en donnant le coup d’envoi des travaux d’édification de la bibliothèque et des archives nationales. Lesquelles devraient faciliter l’émergence d’une classe de jeunes écrivains créatifs au service de la diffusion de notre culture à travers la région et le reste du monde comme l’a si bien relevé le chef de l’Etat.

Notons au passage que le projet de construction de la bibliothèque et des archives nationales est entièrement financé par le gouvernement de la République Populaire de Chine. Il s’agit en effet de deux bâtiments qui seront construits sur un même terrain d’une superficie de 30. 000 mètres carrés.

Rappelons enfin que les étagères de la bibliothèque nationale regorgeront de 500. 000 livres ou autres ressources documentaires. Le bâtiment abritant les archives nationales aura une capacité de stockage d’environ 3.000 mètres carrés, exploitable sur une période de 50 ans.

Leave a Reply