Prison de Gabode : La CNDH s’imprègne des conditions carcérales

16 septembre 2018 8 h 01 min0 commentsViews: 18

Forte de plusieurs personnes, une délégation de la commission nationale des droits de l’homme(CNDH) a effectué  en début de matinée de mercredi des immersions dans les geôles de la prison de Gabode. Celle-ci était conduite par le président de la CNDH. Saleban Omar Oudine, puisqu’il s’agit de lui, et ses accompagnateurs se sont entretenus avec le directeur adjoint de la prison de Gabode, le capitaine Abdi Ali Farid, des conditions d’incarcération des détenus. 

La CNDH s’imprègne des conditions carcérales (2)

A la tête d’une délégation, forte de plusieurs personnes, le président de la commission national des droits de l’homme (CNDH),  Saleban Omar Oudine, s’est rendu mercredi dernier dans la prison de Gabode. Cette visite est intervenue dans le cadre des immersions que les membres de la CNDH font au centre pénitencier de Gabode à intervalle réguliers. Et ce, faut-il ajouter, afin de s’enquérir des conditions de détention des prisonniers.

A noter que la CNDH a remis le dernier rapport sur les conditions carcérales après une visite effectuée en 2017. Le document dresse un état des lieux, et souligne les améliorations constatées sur la base des confidences recueillies auprès de nombreux détenus de différents quartiers, représentatifs de la population carcérale.

Sous bonne escorte du directeur adjoint de la prison, Abdi Ali Farid, et de ses proches collaborateurs, cette inspection a débuté dans les quartiers des mineurs, des femmes, des hommes, des prévenus ainsi que celui des condamnés. Les visiteurs de la CNDH ont pu par ce biais s’imprégner conditions de détention. Des traitements aussi qui sont réservés aux femmes et hommes,  incarcérés dans la prison de Gabode.

Les membres de la CNDH et les représentants de l’administration pénitentiaire ont ensuite discuté des conditions matérielles et infrastructurelles de ces lieux de détention, et de leur conformité  aux normes des dispositions prévues par  les conventions régionales et internationales.  Il a par ailleurs été question des mesures que l’Etat djiboutien a pris dans ce sens.

D’autre part, on a appris que la prison de Gabode abrite actuellement des détenus,  des hommes et des femmes  et quelques mineurs qui attendent l’examen  de leurs dossiers par le juge d’instruction.

Au cours de cette visite, le directeur adjoint  de la prison a mis en exergue la surpopulation carcérale, les conditions de travail difficiles des gardiens en matière d’hygiène et de salubrité dans les locaux de la prison. En outre,  il a souligné  la mise en place  d’écrans de  télévision  afin d’assouplir les conditions de détention et d’apporter un peu plus de distraction aux prisonniers.

De son côté, le président de la CNDH  a rappelé que cette inspection s’inscrit dans le cadre du  mandat de son institution. Il a saisi l’occasion pour  saluer la disponibilité des responsables et agents de l’administration pénitentiaire lors des immersions que ses collaborateurs et lui-même effectuent chaque année  au centre pénitencier de Gabode. « Je constate les évolutions réalisées d’une période  à l’autre  en fonction des recommandations formulées par la commission dans ses précédents  rapports sur l’état de lieux et le respect de  toutes les dispositions en général. Au vu des critères d’ observation requis pour toute organisation de défense des droits de l’hommes et des informations recueillies durant nos entretiens avec les responsables de ces lieux  de détention, la CNDH note avec satisfaction que les conditions de détention, observées mercredi  dans la prison de Gabode,  répondent  aux normes et règles standards garanties par le pacte  international des droits  civils et politiques  et autres  textes régionaux et internationaux », a déclaré en substance Saleban Omar Oudine au micro des professionnels des médias nationaux, présents sur place.

Souber 

Leave a Reply


Trackbacks