Portrait : Mahad Omar Dabar Le marcheur de la paix

11 janvier 2018 15 h 26 min1 commentViews: 266

Grand, maigre, éclairé d’un large sourire, Mahad Omar Dabar est un marcheur atypique. Passionné de faire un jour Djibouti – Dakar à pied, il se lance en mars 2017 pour fêter à sa manière le 40ième anniversaire de notre souveraineté, à parcourir de long en large le territoire de la république de Djibouti. Une distance d’environ 1000 kms que Mahad a bouclée en 80 jours.

Nous sommes le 11 novembre 1979 dans la petite maison d’Omar Dabar sise au quartier 7 avenue 40, on célèbre la naissance d’un petit garçon. Son nom: Mahad Omar Dabar. Le temps passe vite et le petit bout d’homme grandit chaque jour un peu plus.

Mahad Omar Dabar (2)

Atteint l’âge d’aller à l’école, il use d’abord ses fonds de culotte sur les bancs de l’école de La Salle sise entre le stade municipal et le quartier 7, avant de prendre le chemin du Lycée Industriel et Commercial (LIC) ou il décroche un diplôme d’électrotechnicien. Par la suite, il sera embauché comme technicien de la sonorisation à la Radio Télévision de Djibouti (RTD). Un jour ou il participait à Arta la marche de la Paix, il a eu l’idée de réaliser un projet de sensibilisation pour la paix et à travers les pays de la région à savoir l’Ethiopie et la Somalie. Après plusieurs entrainements sur les sentiers pédestres d’Arta, il se lance à parcourir le trajet Djibouti-Hargeysa, une distance de plus de 300 km en 20 jours. Orné du drapeau national et transportant son sac de couchage et quelques vêtements, il traverse le désert somalilandais «Waysha Cad» à pied. «Je marchais vite et ne m’arrêtais que pour grignoter» se souvient-il. L’aura qu’il dégage est celle d’une liberté totale: Mahad ne sait pas où il va dormir, ne dépend de personne, n’a que très peu d’argent… Et cela a duré 20 jours. 20 bons jours au cours desquels Mahad traversait déserts et montagnes.  «Prendre le temps d’avancer à la vitesse humaine, d’en profiter pour observer et réfléchir me tient particulièrement à cœur», dit-il en souriant.

Il a connu son grand moment de désespoir lors de son trajet Djibouti-Addis Abeba en Ethiopie. Il a été contraint de prendre une voiture entre Dire-Dawa et Addis-Abeba car une guerre avait éclaté entre les communautés Oromos et Somalis. Il a été accueilli avec un grand honneur dans les locaux de notre représentation diplomatique à Addis-Abeba par notre ambassadeur Mohamed Idriss Farah Habaneh qui l’a fortement encouragé à aller jusqu’au bout.

Et en mars 2017 pour fêter à sa manière le 40ième anniversaire de sa souveraineté il parcourt Djibouti Yoboki en se rendant d’abord à Loyada, puis à Holl-Holl ensuite Ali Sabieh et Mouloud….Yoboki.

Mahad profite de cette occasion pour remercier Hadji Elmi Aden Ali, Hassan Hamod Adaneh, Ibrahim Abdi, Abdourahman Abdi et Aden Moussa Areh alias Aden JP qui l’ont encouragé et aidé à réaliser ses différents projets.

Rachid Bayleh 

Leave a Reply


Trackbacks