Ministère de l’Education Nationale / Ministère de la Santé : Risques sanitaires en milieu scolaire Les moyens d’une riposte commune et préventive

7 février 2017 8 h 20 min0 commentsViews: 154

Plus de 12.000 élèves de 1ère année devront être rapidement auscultés dans l’ensemble des écoles primaires du pays pour dépister et détecter précocement les ennuis de santé des élèves. C’est l’agenda ambitieux des médecins et des techniciens de santé pour les quelques mois qui nous séparent des grandes vacances scolaires. Cette décision concertée et validée par les ministres de l’éducation nationale et de la santé, MM. Moustapha Mohamed Mahamoud et Dr Djama Elmi Okieh, s’inscrit dans le cadre d’une convention de partenariat Education-Santé pour renforcer et institutionnaliser la santé scolaire. 

Tour d’horizon…

L’ambiance habituellement studieuse et calme de l’école annexe 1, de la cité Gabode, s’était muée hier en une vaste aire de fête. Des tentes géantes plantées la veille dans la cour de l’école et un podium majestueux donnait déjà le ton de la cérémonie qui se préparait. Des myriades d’élèves habillés aux couleurs du pays avaient été postées très tôt dans la matinée à l’entrée de l’école pour accueillir en chants et en danses les officiels et les personnalités attendus pour l’événement. A commencer par les deux ministres de l’éducation nationale et de la santé, M. Moustapha Mohamed Mahamoud et Dr Djama Elmi Okieh. Les deux hommes venaient conjointement parrainer le lancement officiel des visites médicales des élèves de l’enseignement de base. Une foule de participants dont des médecins, des enseignements, des parents d’élèves et des invités d’honneur ont pris part à l’événement.

Le menu de la journée fut magistralement déroulé par un duo d’élèves qui ont accueilli les officiels et annoncé la couleur de l’événement. Après les spectacles de chants et danses folkloriques, ainsi que les sketchs proposés par des élèves, la directrice de l’école, Aïcha Farah Assoweh, a dit un mot de bienvenue avant de laisser la place au président de l’association des parents d’élèves, qui a longuement et chaleureusement rendu hommage au sens de l’engagement des responsables des deux ministères  dans l’accomplissement de leurs missions régaliennes.

… Le suivi médical des écoliers. Les discours officiels des ministres de l’éducation et de la santé ont été les moments forts de l’événement. Ils ont posé le cadre et souligné l’impérieuse nécessité de ces visites et du suivi médical qui seront désormais institutionnalisées grâce à une convention de partenariat entre les deux départements.

Dans un premier temps, le ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, M. Moustapha Mohamed Mahamoud, a soigneusement expliqué combien la médecine scolaire est nécessaire et qu’elle doit impérativement se muer en une « habitude, un mécanisme systématique dont la finalité est, en détectant le plus précocement possible les problèmes de santé des élèves, de lutter contre les premiers motifs de découragement et d’abandon de l’école par l’enfant. »

A ce titre, a-t-il insisté, «tous les enfants djiboutiens de première année, vivant dans la capitale comme dans les régions, pourront bénéficier désormais d’un check up complet qui permettra d’identifier leurs difficultés afin de leur offrir les moyens de poursuivre une scolarité saine et avoir une égale chance de réussite que leurs autres petits camarades. »

Et son collègue de la Santé de renchérir en mettant l’accent sur l’intérêt d’un « dépistage précoce des troubles visuels et de la surdité qui conditionne la réussite de nos élèves». Dr. Djama Elmi Okieh a lui aussi mis l’accent sur l’intérêt d’offrir un accompagnement médical personnalisé aux enfants souffrants de difficultés sanitaires en les dépistant de manière précoce. C’est l’engagement qu’il a pris avec son collègue et ami, Moustapha Mohamed Mahamoud, afin de relever le défi d’une campagne d’auscultations gratuites visant un dépistage rapide de tous les enfants de 1ère année souffrant de myopie ou de défaillance dans l’acuité visuelle, de difficultés auditives voire de surdité ou de troubles psychomoteurs dans l’ensemble des écoles du pays.

A l’issue des interventions officielles, les deux ministres ont assisté aux premières consultations des écoliers de première année au sein de l’école. Des équipes de médecins spécialisés en stomatologie, ophtalmologie, ORL et Psychomotricité ont ausculté les enfants et leur ont fabriqué des dossiers médicaux afin de leur assurer un suivi médical permanent. A noter que cette cérémonie de lancement officiel ouvre la voie à une campagne de visites médicales qui sera assurée par les 14 centres de santé communautaires de la capitale et des régions avec l’appui de médecins spécialistes des grands centres hospitaliers.

Cette campagne devra couvrir l’ensemble des écoles primaires sur tout le territoire national.

MAS 

Leave a Reply


Trackbacks