Ministère de la Justice / Unicef : Elaboration du 2ème rapport périodique sur la convention internationale et la charte africaine des droits de l’enfant

17 août 2017 8 h 20 min0 commentsViews: 18

Un processus inclusif

Le Ministère de la Justice et des Affaires Pénitentiaires, chargé des Droits de l’Homme,  en collaboration avec l’Unicef a procédé au lancement des causeries de proximité avec les bénévoles d’associations féminines,  mardi dernier au centre de développement communautaire de Quartier 4 dans la capitale. La rencontre s’est déroulée en présence de plusieurs hauts fonctionnaires du département ministériel de la justice et officiels onusiens. Citons, entre autres, le directeur de la législation, la planification, et des réformes au Ministère de la Justice, Ahmed Osman Hachi, de la responsable en charge de la protection de l’enfant au sein de l’Unicef, Fathia Omar Hassan. Cette première réunion avait pour objectif d’associer les acteurs de la société civile locale au processus d’élaboration du 2ème  rapport périodique sur la convention internationale des droits de l’enfant et de la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant.

Au cours de la séance, des porte-voix de la gent féminine de Quartier 4 ont interprété un sketch  sur les droits de l’enfant en matière d’éducation. Le choix du thème n’est pas anodin. Il a alimenté les discussions soutenues que les deux parties ont eues par la suite. C’est dire  l’intérêt particulier que les femmes de Quartier 4 accordent au caractère inclusif du  processus d’élaboration du 2ème  rapport périodique sur la convention internationale des droits de l’enfant et de la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant.

Notons au passage que l’élaboration de ce rapport se fait une fois tous les cinq ans. Le document est ensuite soumis au comité  des droits de l’enfant du système des nations unies. Car cet  organe est chargé de veiller à la mise en œuvre de la convention sur les droits  de l’enfant que la République de Djibouti a été un des première pays à ratifier en 1990, soit une année après son adoption par l’Assemble Générale de Nations unies.

Rappelons aussi  que ce rapport périodique est  un outil pour mesurer les réalisations et les difficultés en matière de droit de l’enfant. Il fait l’objet de dialogue entre l’État partie à la convention et le comité  onusien des droits  de l’enfant qui formule des recommandations. Lesquelles  seront la base de travail du prochain rapport périodique.

Par ailleurs, la République de Djibouti s’est efforcée de remplir ses obligations quant au respect des droits de l’homme. Le 9 et 10 août 2017,  la République de Djibouti a soumis au comité des nations unies sur la discrimination raciale son rapport initial et périodique, relatif à la mise en œuvre de la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Un  instrument juridique international auquel notre pays adhère depuis 2011.

Neima Ahmed

Leave a Reply


 

Trackbacks

Close
Ne ratez plus les mises à jour de la Nation
En cliquant sur l'un de ses liens, vous serez informé en temps réel.