Des métiers et des femmes : Dr.Djaltou Aboubaker microbiologiste au CERD

17 octobre 2017 8 h 29 min0 commentsViews: 217

« Des métiers et des femmes » est une nouvelle rubrique hebdomadaire  dans laquelle nous  présenterons le profil d’une femme qui veut partager avec nos lecteurs son vécu professionnel. A l’heure où les femmes s’émancipent et exercent des métiers jadis réservés aux hommes, nous vous relaterons le parcours de djiboutiennes qui ont brillé dans leur domaine et se sont imposées par leur compétence et leur rigueur dans leur milieu professionnel. Pour ouvrir le bal, nous vous présentons cette semaine Mme Djaltou Aboubaker Osman, chef de laboratoire de microbiologie à l’Institut de Recherche Médicinale (IRM) au sein du CERD.

« Je suis microbiologiste de formation. La microbiologie est un domaine de la biologie qui s’intéresse aux microorganismes que sont les bactéries, les levures, les virus, les moisissures, les protozoaires et les algues. J’ai commencé à travailler au CERD en 2011. J’ai été embauchée pour travailler sur l’activité antimicrobienne des plantes médicinales djiboutiennes et l’identification des microorganismes pathogènes qui circulent à Djibouti.

Je suis amenée à faire entre autres des recherches sur la structure, la physiologie, le métabolisme, la pathogenèse, la génétique et l’écologie des microorganismes. À un niveau plus complexe, il est possible d’étudier les relations que les microorganismes ont entre eux et les interactions qu’ils ont avec leurs environnements.

Après un an d’exercice au CERD, j’ai commencé ma thèse de doctorat et je me suis spécialisée dans l’étude des mycobactéries. Et durant cette thèse, j’ai travaillé avec des outils de la biologie moléculaire,  le séquençage entre autres. J’ai appris à identifier les mycobactéries (et d’autres bactéries) avec ces outils grâce auxquelles nous avons pu identifier avec l’équipe de mon directeur de thèse des nouvelles mycobactéries. »

Djatou Aboubaker exerce son métier au CERD avec passion et dévouement. Elle est titulaire d’un Doctorat spécialité pathologie humaine et maladie infectieuses tropicales et émergente, obtenu à la faculté de médecine La Timone, à l’Université de Marseille.  Elle est une femme simple et très investie dans son milieu professionnel. Dans un centre où les femmes scientifiques sont rares. Travailler au sein d’une équipe très majoritairement masculine ne l’impressionne guère.  Un exemple pour tant d’autres femmes qui doivent s’affirmer dans leurs domaines. Elle a aussi participé à la publication  d’articles scientifiques dans des revues internationales.

Enfin rappelons que grâce à la politique volontariste du président Guelleh qui a voulu que la femme Djiboutienne ne soit pas à l’écart du développement, de nombreuses initiatives visant à favoriser leur insertion dans les milieux socioprofessionnelles ont été entreprises ces dernières années.

Kenedid Ibrahim 

Leave a Reply


 

Trackbacks

Close
Ne ratez plus les mises à jour de la Nation
En cliquant sur l'un de ses liens, vous serez informé en temps réel.