Le Président Guelleh attendu à la cérémonie d’investiture de son homologue réélu de Turquie.

9 juillet 2018 10 h 11 min0 commentsViews: 48

Le Président de la République, Ismaïl Omar Guelleh, est attendu à la cérémonie d’investiture de son homologue réélu de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, qui aura lieu lundi prochain à Ankara, la capitale de ce pays ami et fort d’environ 81 millions d’habitants. Le chef de l’Etat djiboutien fait partie d’un cercle restreint de dirigeants du continent noir, conviés à cet évènement. Le nouvel investissement de M Tayyip Erdogan à la tête de la Turquie est loin d’être un couronnement d’usage pour un vote classique et ordinaire qui aurait récemment intervenu en Turquie. Il ouvre la voie à une série de mutations profondes dans ce pays, notamment en matière de gouvernance où tout sera refondé. Il n’y aura plus le dysfonctionnement institutionnel qui proscrivait jusqu’à lors au Président de la Turquie, pourtant élu au suffrage universel, d’influer directement sur les décisions des membres de son gouvernement.

La réduction du nombre de ministres passant de 25 à 16 constituera l’autre mutation phare de gouvernance que la Turquie expérimentera dans le cadre de ce nouveau mandat présidentiel. Mais toutes ces mutations sont loin d’être le fruit de conspirations politiques qui entendent conférer des pouvoirs exceptionnels au Président Erdogan. Ce discours relève d’une rhétorique non objective qui est savamment répandue dans le monde et la presse internationale. Ces mutations découlent d’une volonté populaire turque qui, au terme d’un référendum qui eut lieu en avril 2017, s’est ouvertement prononcée en faveur d’un recadrage plus efficient de la pratique politique chez elle.

Réélu le 24 juin dernier à la magistrature suprême de son pays, le Président Tayyib Erdogan est une figure de proue du paysage politique de la Turquie.

Il est sans discontinuité sur le devant de la scène politique de ce pays depuis 2003 où, il a été élu pour la première fois au poste de Premier ministre de la Turquie.

Depuis 2014 où il est devenu Président de la République, il est à l’origine de nombreuses avancées économiques dans son pays, notamment en termes de création de grands projets d’infrastructures.

Sous son leadership, la Turquie est un acteur incontournable des  pourparlers diplomatiques dans la résolution des litiges politiques et des conflits au Moyen Orient.

Leave a Reply


Trackbacks