Le point avec…Ahmed Mohamed Madar Secretaire exécutif chargé de la gestion des risques et des catastrophes

4 février 2019 7 h 58 min0 commentsViews: 85

« Renforcer les capacités de coordination et de planification »

Comme vous le savez, notre région est aujourd’hui le théâtre de l’impact croissant de catastrophes résultant de la combinaison des aléas naturels et des vulnérabilités. Une combinaison qui représente une menace constante sur la vie et les moyens de subsistance des populations. Cette combinaison fait également dévier le progrès socio-économique de son cours normal, fait plonger des millions de gens dans une pauvreté extrême et appauvrit davantage les pauvres. 

Au cours de l’année dernière, notre pays a été touché par un cyclone tropical dénommé « Sagar » qui a provoqué de fortes pluies accompagnées de violentes tempêtes et a entrainé des inondations ainsi que le déplacement des milliers de personnes affectées aussi bien dans la capitale que dans les régions du pays. L’événement d’aujourd’hui illustre les nombreuses actions par lesquelles notre département entend contribuer au renforcement des capacités nationales dans les domaines de la réduction des risques de catastrophes. Cette formation s’inscrit donc dans le cadre de la mise en œuvre du programme régional de réduction des risques de catastrophes pour les pays de l’IGAD. Une initiative financée par l’Union Européenne qui a pour objectif de renforcer les capacités de coordination, de planification et d’élaboration de politiques pour soutenir les Etats membres avec l’appui de la Facilité Mondiale pour la Prévention des Catastrophes et le Relèvement (GFDRR) de la Banque mondiale. L’objectif de cet atelier est de former les cadres des ministères sectoriels, des institutions nationales, des préfectures, des collectivités territoriales, des officiers des différents corps de défense et de sécurité, des représentants de la société civile sur la méthodologie d’évaluation des dommages, des pertes et des besoins après une catastrophe et à l’élaboration d’un cadre de relèvement. J’espère que cette formation permettra de corriger les lacunes et d’apporter les connaissances nécessaires aux futures missions d’évaluation post-catastrophe. Au vu de la qualité des formateurs et des participants, je suis convaincu que notre atelier répondra aux attentes de notre gouvernement. J’adresse ma profonde reconnaissance à nos partenaires plus particulièrement l’IGAD, l’Union européenne et la Banque mondiale pour les multiples efforts qu’ils déploient sans cesse pour nous accompagner dans la réduction des risques de catastrophes dont le but ultime est la protection des nos populations. Enfin, je tiens au nom du ministère de l’Intérieur à féliciter pour la parfaite organisation de cet atelier l’équipe du Centre des Prévisions et du Climat de l’IGAD et l’équipe du Secrétariat Exécutif de la gestion des risques et des catastrophes qui ont fait  preuve de professionnalisme.

Leave a Reply


Trackbacks