Lancement des activités de l’association « Vaincre l’autisme à Djibouti » : Une soirée de sensibilisation chargée d’émotion

7 novembre 2018 8 h 22 min6 commentsViews: 55

L’émotion était palpable samedi soir parmi le public réuni dans les travées de la salle des spectacles de l’Institut français de Djibouti, à l’issue de la soirée de sensibilisation sur l’autisme à Djibouti. Un événement qui était organisé par l’association « Vaincre l’autisme » à l’occasion du lancement de ses activités.

Lancement des activités de l’association « Vaincre l’autisme à Djibouti »

« Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide », disait Albert Einstein, le plus illustre des autistes à propos du spectre des troubles autistiques chez les enfants. C’est par cette belle citation pleine de sens et d’espérance que la présidente de la nouvelle association « Vaincre l’Autisme à Djibouti », Safia Syad Mahamoud, a ouvert ses propos en prélude à la soirée de sensibilisation. Le temps de faire les présentations et de retracer le parcours de sa structure associative « née en septembre 2018, de la volonté de parents d’enfants atteints d’autisme et de professionnels de la santé convaincus que l’on pouvait faire quelque chose pour ces enfants dans notre pays.

Et la présidente de préciser les objectifs de sa structure associative qui visent essentiellement à promouvoir la compréhension et l’acceptation du trouble du spectre autistique dans la société djiboutienne pour que l’autisme ne soit plus un tabou ou assimilé à une maladie psychique, et à sensibiliser les pouvoirs publics sur l’intérêt d’un dépistage et d’un diagnostic précoce des enfants autistes. Son association se bat pour « une inclusion scolaire à travers des interventions éducatives coordonnées pour mieux accompagner les enfants autistes et leurs parents, l’accès à des traitements comportementaux, psychosociaux et biomédicaux pour soulager des enfants atteintes d’autismes et de leurs parents ainsi que la préparation à la vie professionnelle et une intégration sociale de ces enfants » a-t-elle assuré.

Le grand public, composé des officiels et des hauts responsables des sphères publiques ainsi que des personnalités du monde des organisations internationales et de la société civile, avait été très affecté par  les difficultés voire le parcours du combattant des parents d’enfants atteint d’autisme. Des parents qui doivent affronter toutes les difficultés du monde comme une scolarisation normale pour leurs enfants ou des structures associatives pour accueillir des enfants à besoins spéciaux. Et que dire de l’absence de diagnostic fiable à Djibouti, pour dépister précocement les troubles du spectre autistique, ou à tout le moins des informations sur l’autisme. L’émotion a atteint son paroxysme lorsque des parents d’enfants atteints de  ces troubles du spectre autistiques sont passés sur l’écran géant pour témoigner des tragédies liées à ces handicaps qui touchent leurs progénitures. C’est le cas de ces parents qui doivent affronter le regard peu amène et parfois hostiles des autres sur leurs enfants que l’on considère comme possédés par des esprits démoniaques, ou complètement timbrés alors qu’il s’agit ni plus ni moins d’enfants qui vivent leur propre normalité. Le manque de traitement, ou d’accompagnement social ou psychosocial aggravant ces souffrances.

Une médecin pédiatre, en l’occurrence Dr Fozia Hassan Osman, a effectué une présentation et apporté des explications sur le trouble du spectre autistique. « Ces enfants éprouvent des difficultés à communiquer et à décrypter les codes sociaux », a-t-elle déclaré. Elle a également mis en lumière les aptitudes, les talents et le génie de certains enfants autistes. L’occasion pour elle de citer de célèbres autistes plus ou moins connus à l’instar d’A. Einstein, Michael Jackson et d’autres gloires du monde de la science et des arts. Elle a conclu son intervention par un appel à tous les partenaires pour appuyer cette association et lui apporter un accompagnement et défendre ainsi l’intérêt et le bien-être de ces enfants « à besoins spéciaux », comme elle les a appelés. Le public s’est joint aux témoignages. Des parents ou des proches d’enfants autistes ont apporté des éclairages sur les spécificités comportementales de ces enfants, de leurs talents, de leur génie mais aussi de leurs limites.

Le secrétaire général du MENFOP a répondu à l’appel, en faisant une intervention courte et improvisée mais tellement percutante et empreinte d’une vive émotion. « J’ai beaucoup appris», a-t-il dit, en soulignant les nouvelles orientations du MENFOP visant une école inclusive. Il a profité de l’occasion pour recenser quelques actions réalisées en direction d’élèves à besoins spécifiques. Il est de notre devoir, a-t-il dit, de ne laisser aucun enfant en rade.

L’association « Vaincre l’autisme à Djibouti » est désormais la plateforme où devront se retrouver tous les parents et proches d’enfants autistes, mais aussi les acteurs socio-éducatifs pour une mobilisation sociale coordonnées afin que l’autisme soit enfin connu et reconnu dans notre société. Ces enfants ne doivent plus souffrir d’une quelconque marginalisation par notre société et plus jamais considérés comme des enfants « anormaux » ou possédés. Ces enfants qui sont aussi nos enfants ne doivent plus être incompris ou victimes d’indifférence et encore moins de sévices. Ces enfants ont le droit à l’écoute et à l’éducation. Et c’est tout à l’honneur des personnes qui ont fondé cette belle association qui mérite tout notre respect.

MAS 

Leave a Reply


Trackbacks