Lancement de la carte d’identité numérique : Entretien avec…Idriss Miguil Bouh Directeur de la Population et de la Famille au Ministère de l’Intérieur

18 août 2014 7 h 37 min11 commentsViews: 1173

Mercredi dernier dans son bureau, le ministre de l’Intérieur, Hassan Omar Mohamed, a effectué une sortie médiatique au cours de laquelle il a informé la population du lancement officiel de la carte d’identité numérique. Instaurée par décret présidentiel daté du 8 décembre 2009, cette carte numérique moderne est fabriquée de matière plastique, de plusieurs couches laminées de polycarbonate et comportent des données personnalisées, des éléments gravés et des mentions obligatoires à des fins de protection contre toutes sortes de manipulations. Impulsée par le chef de l’Etat au mois de novembre 2010, la mise en place de cette carte numérisée vise au renforcement de la sécurité des documents administratifs. C’est dans cette optique que le directeur de la Population et de la Famille, Idriss Miguil Bouh, nous a reçu hier  dans ses locaux hier pour nous donner plus de détails sur les opérations de délivrance de nouvelles cartes d’identité numériques qui se poursuivront jusqu’au mois de décembre 2015.

« La carte d’identité numérique est sécurisée et obligatoire » 

La Nation :-Monsieur le directeur, votre ministre de tutelle a procédé mercredi dernier au lancement de la carte d’identité numérique. Pouvez-nous nous donner des éclaircissements sur ce vaste programme ?

Idriss Miguil Bouh :- La carte d’identité numérique a déjà été lancée et il existe à l’heure d’aujourd’hui plus de 20. 000 personnes qui ont cette carte numérique .Et c’est en général de nouveaux demandeurs .

En ce qui concerne la procédure d’échange, ceci concerne plus spécifiquement les personnes possédant l’ancienne carte d’identité, et nous leur proposons une nouvelle carte numérique, qui est obligatoire.

Car la loi prévaut que les cartes d’identité nationales sont valables 10 ans. Parce que les individus vieillissent et ne gardent pas la même physionomie toute leur vie.

C’est pourquoi les anciennes cartes d’identité doivent faire l’objet d’un renouvellement. Car le statut professionnel et matrimonial des personnes change.

La procédure d’échange concernera toutes les cartes d’identité nationale qui sont en circulation et s’effectuera avant décembre 2015.Nous avons 16 mois et demi pour finir ce travail.

Pourquoi changer les anciennes cartes d’identité ?

Je voudrais juste dire que cette procédure reste importante. A la suite des événements survenus au restaurant la Chaumière, les djiboutiens ont compris qu’il était nécessaire d’avoir une carte d’identité .

Mais le plus important c’est également d’avoir une nouvelle carte sécurisée car cette nouvelle carte numérique est 100%sécurisée. Et à la date du 31 décembre 2015, tous les djiboutiens devront être munis de leur carte d’identité numérisée.

Comment, quand et où changer les vieilles cartes d’identité encore en circulation au pays?

Je voudrais aussi rappeler un autre point important. Il s’agit du respect du calendrier car nous procéderons par ordre alphabétique aléatoire.

Tous les 30 jours une lettre de l’alphabet sera traitée. Bien sûr, nous n’allons pas suivre les lettres de l’alphabet tel qu’elles se suivent.

C’est-à-dire…..

Pour le mois d’août nous allons commencer par la lettre e ensuite au mois de septembre nous nous tournerons vers la lettre C.

Nous avons commencé par la lettre E car il existe 3000 personnes environ dont les noms commencent par cette lettre et il est plus facile de travailler de manière progressive.

Par exemple , si nous devions commencer par la lettre A, qui représentent environ 60 000 personnes ,le nombre de guichets seraient insuffisants.

C’est pourquoi, nous préférons travailler par étape, avec des universitaires et des professionnels qualifiés pour avancer de manière progressive.

Nous avons prévu dans une semaine d’ouvrir des centres un peu partout pour ainsi en avoir une dizaine au moment où la procédure de changement atteindra un pic.

Nous demandons également à la population de venir se renseigner au sein des différents centres mis en place pour ainsi suivre l’évolution de cette procédure.

Cette carte numérique est une carte sécurisée et obligatoire, qui permettra de sécuriser notre pays. C’est une carte moderne.

Nous avons un calendrier qui sera affiché au guichet de dépôt et de retrait ; mais également sur notre site internet et qui sera également communiqué aussi sur les ondes de la télévision, la radio, et dans les colonnes de la presse écrite.

Pour les régions, les préfets pourront commencer par les lettres qu’ils veulent mais pour la capitale, il est important de respecter les lettres de l’alphabet.

Autre point important que je voudrais rappeler c’est l’ouverture des guichets les après -midi de 16 h à 19h00 pour ainsi accélérer cette procédure d’échange. »

Quelles sont les pièces à fournir par les demandeurs de la nouvelle carte d’identité?

« Il s’agit tout d’abord de la carte nationale d’identité, de 4 photos d’identité, de 2000fdj pour les frais de procédure, et de toute autre pièce justificative attestant d’un changement matrimonial, de statut ou d’adresse. »

Quel est le délai d’obtention de la carte d’identité numérique une fois qu’on a été enregistré ?

« 15 à 30 jours au maximum après le dépôt de dossier, la carte numérique sera retirée au même guichet de dépôt».

Comment cette procédure se déroulera-t- elle dans les régions de l’intérieur du pays?

Concernant nos région de l’intérieur ; des réunions sont prévues avec les préfets très prochainement. Les préfets procéderont eux, au changement de cartes à leur rythme.

Chaque préfecture nous adressera dans les premiers mois jusqu’à 300 procédures de changement pour passer finalement au nombre de 500 jusqu’à 1000 dossiers par mois. Pour ce qui est de Djibouti ville, nous allons procéder de deux manières.

Pour l’instant ; nous avons déjà mis en place 3 centres d’enregistrement qui seront disponibles dés lundi.

Certains centres ont été rénovés, avec de nouveaux matériels informatiques et des bases de données installées.

Tout a été mis en place pour faciliter le travail dans de bonnes conditions. Le 2ème arrondissement est prêt et les travaux sont en train d’être finalisés au sein du 5ème arrondissement.

Trois centres sont donc disponibles pour les trois communes de Djibouti .Nous prévoyons aussi des guichets mobiles qui seront mis en place par exemple dés la rentrée à l’université de Djibouti qui accueille plusieurs milliers d’étudiants .

Nous avons aussi prévu des guichets aussi pour l’armée, à Doumeïra, au Camp Cheikh Osman, au camp Maryama ; mais aussi au Pk23 pour la gendarmerie, au quartier général de la Police mais aussi à Nagad , et l’Hôpital Général Peltier.

L’académie inter militaire d’Arta aussi, où tous les soldats de Weah et d’Arta pourront venir réclamer leurs nouvelles cartes numériques.

Tout ceci pour vous dire que les principales institutions sont concernées pour mieux servir la population. C’est pourquoi, le rôle des médias restent importants pour mieux diffuser l’information. »

Cette nouvelle carte numérique sera-t-elle aussi disponible pour nos compatriotes vivant à l’étranger?

Oui bien sûr, cette procédure se fera également au niveau international. Elle est déjà disponible au Royaume d’Arabie Saoudite où plus de 1400 citoyens ont été servis par nos équipes.

Et plusieurs missions seront envoyées dans les grandes capitales où se trouvent beaucoup de djiboutiens.

Par exemple en Europe, la France, le Royaume-Uni, la Belgique, la Hollande, la Norvège, et la Suède seront concernées.

Pour ce qui est de l’Amérique du nord, la ville de Montréal a été retenue, au Yémen il s’agit de Sanaa et d’Aden, pour l’Ethiopie ; Addis-Abeba et Dire- Dawa, mais peut être aussi Jijiga et Nazareth.

Pour la Somalie, Hargeisa, Borama, et peut être Gabilé et Mogadiscio. Donc tous les djiboutiens qui se trouvent dans ces régions vont bénéficier de cette procédure. Comprenez bien qu’il ne s’agit pas par là de distribuer de nouvelles cartes.

Notre travail consistera à changer les vieilles cartes contre de nouvelles cartes numériques. Et ceci ne concernera que les vrais djiboutiens, car nous avons des bases de données et un fichier qui nous certifie l’identité de chacun. Toutes les personnes frauduleuses risquent d’être poursuivies par nos services.

Propos recueillis par N. Kadassiya

 

 

Leave a Reply


Trackbacks