La vice-ministre égyptienne pour les Affaires africaines reçue par le chef de l’Etat

31 juillet 2013 8 h 23 min0 commentsViews: 58

Le président Ismaïl Omar Guelleh a reçu hier la vice-ministre égyptienne aux affaires africaines, l’ambassadrice Mona Omar Attiya. Mme Attiya, porteuse d’un message écrit du président du gouvernement provisoire d’Egypte, a discuté avec le chef de l’Etat djiboutien des derniers développements de la situation en Egypte et dans les autres pays du Moyen-Orient.

Le ministre des Affaires étrangères, Mahmoud Ali Youssouf, qui s’était entretenu la veille avec l’émissaire égyptienne, a participé à l’entrevue de cette dernière avec le président Ismaïl Omar Guelleh. Après cette entrevue, l’émissaire égyptienne et le ministre des Affaires étrangères ont répondu aux questions des journalistes présents sur le perron du palais.

Porteuse d’un message écrit du président Adli Mansour, la vice-ministre égyptienne pour les Affaires africaines, l’ambassadrice Mona Omar Attiya a été reçue au palais présidentiel par le chef de l’Etat Ismaïl Omar Guelleh. Mme Attiya, chaleureusement accueillie par le président Gueleh, s’est entretenue avec lui des derniers développements de la situation dans son pays. Le président Guelleh lui a fait part de son souci de voir l’Egypte surmonter rapidement ses difficultés actuelles.

 

Répondant, à sa sortie d’audience,  aux questions des représentants de la presse présents au palais, Mme Attiya s’est réjouie de l’accueil fraternel qu’elle a reçu à Djibouti et de l’intérêt que portent les plus hautes autorités du pays à la situation dans son pays. Le ministre des Affaires étrangères a pour sa part qualifié l’Égypte de  pays « central » sur le continent africain et de « pivot » dans le monde arabe. Il a par ailleurs rappelé l’importance de voir l’Egypte se redresser et continuer à jouer son rôle moteur dans le développement et dans la stabilisation de certains pays. « L’Egypte fait partie des grandes instances africaines et arabes et, à ce titre,  la république  de Djibouti a jugé utile de continuer à appuyer le processus de stabilisation de ce pays frère » a-t-il souligné.

 

Le nouveau calendrier électoral mis en place par les autorités égyptiennes a également été abordé par le chef de la diplomatie qui a précisé que les nouvelles autorités ont mis en place une feuille de route avec un calendrier de 8 mois au terme duquel une nouvelle constitution serait adoptée, avec de nouvelles commissions qui seront en charge de travailler sur l’amendement de la constitution. « Une fois la constitution adoptée dans un délai très court, des élections législatives seront appelées en Egypte, et suivront des élections présidentielles, dans un délai de deux mois. Je crois qu’il est important qu’il y ait un cadre juridique légal et ce cadre juridique légal pour ce nouveau processus est en train d’être mis en place et nous espérons sincèrement  que tous les  égyptiens pourront se rassembler autour de ce nouveau cadre politique pour que l’Egypte redevienne vraiment la lanterne pour tous les pays arabes et africains et le moteur du développement sur le continent », a-t-il conclu.

 

N. Kadassiya

Tags:

Leave a Reply


 

Trackbacks

Close
Ne ratez plus les mises à jour de la Nation
En cliquant sur l'un de ses liens, vous serez informé en temps réel.