La CNDH peaufine son plan d’action 2018-2021

17 décembre 2017 11 h 15 min93 commentsViews: 39

Un  atelier de validation de la stratégie, assortie d’un plan d’action,  de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) s’est tenu mercredi dernier dans la salle de conférence  de l’Institut d’études diplomatiques. Avec comme ordre du jour la présentation d’un document qui était relatif au processus de mise en place du plan d’action de  la CNDH pour la période 2018-2021. L’événement a réuni autour d’une table ronde le secrétaire général du ministère de la Justice, le président de la CNDH, les représentants de plusieurs agences onusiennes très actives à Djibouti, des hauts fonctionnaires de différentes administrations publiques, et des acteurs de la  société  civile. Tout ce beau monde a pris connaissance du contenu du document qui présentait de manière descriptive et analytique la situation de la CNDH. Il comprenait notamment une présentation exhaustive de la législation et des textes réglementaires qui la régisse et  un inventaire de leur mise en œuvre. L’ensemble de ce dispositif  juridique, son application concrète, et les résultats de la CNDH depuis la mise en œuvre  de la reforme de 2014-2016 ont  font l’objet  d’évaluations.

A cet effet, une liste de contrôle, établie par une Alliance globale des institutions nationales des droits de l’Homme (GANHRI,) a été utilisée et assortie de quelques observations là ou cela s’avérait nécessaire.

Une fois posé le diagnostic, le document propose une conclusion dynamique dans laquelle la synthèse des défis majeurs de la CNDH  est suivie d’un début de réflexion sur les axes stratégiques  qui devraient inspirer les réponses aux défis. L’un de deux consultants, chargés de rédiger ce document, a détaillé le contenu et les différents axes que comporte ce document. Au terme de la présentation du document, plusieurs intervenants ont successivement pris la parole au micro pour donner leur donner leur avis et suggestions. Toujours il que la version  présentée  n’est pas définitive. Elle doit être améliorée par les différents acteurs concernés. A charge pour ces derniers d’élaborer le document final sur lequel  la CNDH doit s’appuyer dans les années 2018-2021.

 

Sadik Ahmed 

Leave a Reply


Trackbacks