Inflation et spéculation : Réunion d’informations à la CCD

14 août 2013 15 h 12 min0 commentsViews: 63

EDITION 156 Inflation et spéculation Réunion d’informations à la CCD

Le ministre délégué au Commerce, Hassan Ahmed Boulaleh, a présidé mercredi dernier, à la chambre de Commerce, une réunion portant sur la protection des consommateurs et la concurrence. Des représentants du milieu des affaires ainsi que des commerçants de renom ont été conviés à cette importante réunion d’information sur la régulation des prix des denrées alimentaires.

C’est en 2011 que la première loi sur la concurrence et la protection du consommateur a été adoptée dans notre pays afin de  lutter contre l’inflation et la spéculation des prix. Cette législation stipule l’obligation faite à tous les commerçants, d’afficher  les prix des produits, d’établir des factures pour toute transaction et de veiller aux dates de péremption des marchandises à la vente. Coprésidée  par le ministre délégué chargé du commerce, des PME, de l’artisanat et du tourisme, Hassan Ahmed Boulaleh et la présidente par intérim de la Chambre de Commerce, Magda Rémon Coubèche, cette réunion a regroupé plusieurs grands commerçants de la place. La secrétaire générale de la CCD, Hibo Osman et le secrétaire général du ministère du commerce Ali Aden étaient également  présents.

Plusieurs  équipes du ministère du commerce ont déjà effectué des contrôles dans certaines enseignes pour vérifier l’application de cette loiqui vise à protéger les consommateurs.

D’après la présidente de la chambre de commerce, Magda Coubèche, « la CCD a été saisie suite à ces contrôles, par des opérateurs qui, par manque d’informations, se sont retrouvés désarçonnés et pris en défaut et donc ont souhaité avoir les détails des modalités de la législation applicable à leurs activités. »

C’est pourquoi le ministère du commerce en collaboration avec la chambre consulaire a décidé d’organiser cette réunion d’informations sur l’application de cette loi.

« Il est aussi important de souligner que l’ application rigoureuse de ces nouvelles procédures découle de l’obligation de faire face à une situation économique difficile que rencontre une partie de la population djiboutienne en situation de vulnérabilité »a-précisé Magda Coubèche.

Le ministre délégué chargé du commerce, des PME, de l’artisanat et du tourisme, Hassan Ahmed boulaleh a demandé aux commerçants djiboutiens « de faire preuve de solidaritéà l’égard des habitants de Tadjourah touchés par de violentes  intempéries ».

Par la suite, le ministre a rappelé que « tout dysfonctionnement du marché avait un impact négatif sur le pouvoir d’achat des citoyens, et engendrait de ce fait  des tensions sociales et des inquiétudes ».

« Cependant, a-t-il déclaré, nous avons constaté avec les multiples contrôles des prix effectués en province constaté des  augmentations de prix irraisonnés pour les produits tels que les tomates, la viande mais également le kérosène ».

« Il est très important de se concerter de manière régulière sur toutes ces questions. En effet, le rôle stratégique et vital des  entreprises opérant dans l’approvisionnement du marché en produits alimentaires de grande consommation est primordiale » a martelé le ministre.

Hassan Ahmed Boulaleh a également rappelé qu’il convenait de noter que l’approvisionnement du marché national en produits de grande consommation était assuré par le secteur privé, et que les pouvoirs publics y seront , désormais très attentifs, avant d’exhorter les commerçants à respecter les textes en vigueur en matière de concurrence et de protection du consommateur

Avant de conclure, le ministre délégué au commerce s’est dit disposé « à mettre des bases solides pour garantir une coordination positive avec l’ensemble des opérateurs économiques et notamment des campagnes de sensibilisation commune ».

Après les discours officiels, des échanges entre les commerçants et les officiels portant sur la régulation des prix ont été entamés. Parmi les nombreuses questions abordées, celle portant sur la régulation des prix, mais également le sujet de l’offre et de la demande ont été sujets à des débats vifs et francs.

Le clandrier de prochaines réunions, ainsi que la nécessité de procéder à des campagnes de sensibilisation ont également été proposés par le ministre du Commerce et la présidente de la Chambre de Commerce.

N. Kadassiya

Tags:

Leave a Reply


Trackbacks