Incendies à Balbala – Le procureur de la république monte au créneau

9 août 2017 8 h 45 min0 commentsViews: 19

Suite à la recrudescence des incendies qui ont ravagé plusieurs quartiers de Balbala, le procureur de la république, M. Aid Ahmed Ibrahim, a effectué hier, dans les bureaux du directeur général de la police nationale, une déclaration sur ce sujet d’actualité.

Le procureur de la république, M. Aid Ahmed Ibrahim, entouré du directeur de la protection civile, M. Mahamoud Moussa Mahamoud, et du directeur général de la police nationale, le colonel Abdallah Abdi Farah, a effectué hier une sortie médiatique portant sur les nombreux incendies qui ont touché des centaines d’habitations. Dans ses premiers propos, le procureur a précisé qu’il s’agissait d’actes volontaires mettant en péril la vie d’autrui. «Les auteurs présumés de ces actes délictueux encourent des peines de prison ou de fortes amendes. Si ces actes sont organisés en groupe, ces peines et ces amendes seront plus lourdes» a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le procureur a tenu à remercier les sapeurs-pompiers et de la police nationale pour leurs interventions dans les incendies de Balbala. « Le branchement de câbles au réseau électrique de l’EDD de manière frauduleuse peut causer la mise en danger de la vie d’autrui et ceci peut entraîner un emprisonnement ferme d’une année et une amende de 200. 000 fdj », a-t-il martelé avec insistance. M. Aïd Ahmed Ibrahim est également revenu sur les violences qui ont été exercées sur les forces de la police et les sapeurs-pompiers lors de leurs différentes interventions.  Il a précisé que les personnes coupables de ces dégradations et ces violences risquaient de lourdes peines de prison et des amendes.

…Recrudescence des incendies. Par la suite, le procureur de la république a ajouté que les enquêtes menées par la protection civile ont démontré que les feux avaient des origines criminelles. « Lorsqu’il s’agit d’incendies criminels, les coupables encourent des réclusions criminelles par l’utilisation de substances explosives ou des flammes allumées. Les personnes encourent des peines de réclusion criminelle avec une peine de prison de 10 années  et une amende de cinq millions de francs. Si il y a une concertation au préalable et qu’il s’agit d’une bande organisée, les sanctions encourues seront doublées »a-t-il affirmé en substance. De son côté, le directeur de la protection civile, le colonel Mahamoud Moussa Mohamoud, a indiqué que les incendies sont en majorité dues aux fraudes d’énergies électriques. « Ces derniers temps, à chaque intervention, nous sommes appelés pour des maisons vides. Je voudrais dire qu’un incendie ne se déclare pas dans une maison inhabitée, vide. Des enquêtes suivent leurs cours, pour trouver les causes de ces incendies qui sont pour la plupart du temps volontaires, il est de notre devoir de traduire les incendiaires devant la justice.»

Pour sa part, le directeur général de la police nationale, le colonel Abdillahi Abdi Farah, a souligné que la plupart des maisons qui ont brulé étaient louées et qu’aucun mobilier ne se trouvait à l’intérieur.  « Nous sommes suspicieux à l’égard des déclarations de ces personnes. Nous recevons de plus en plus de plaintes accusant des pyromanes. C’est pour cela que je voudrais qualifier ces faits de criminels et les coupables seront poursuivis et présenter devant la justice. Pour les fraudes d’énergies électriques, c’est déjà une infraction et ces fraudes engendrent des incendies. Je voudrais dire aux responsables de ces actes que vous serez poursuivis  devant la justice. Je demande à nos concitoyens de cesser ce type d’agissement dangereux », a mis en exergue le directeur général de la police nationale, le colonel Abdillahi Abdi Farah.

N. Kadassiya

Leave a Reply


Trackbacks