IGAD : Place au 11ème processus consultatif régional sur la migration à Djibouti

11 octobre 2018 7 h 56 min0 commentsViews: 39

L’Autorité intergouvernementale pour le Développement (IGAD) a procédé  hier au lancement du onzième processus consultatif régional sur la migration à Djibouti. Placé sous l’égide du ministre du Travail, chargé de la Réforme de l’administration,  Hassan Idriss Samrieh, l’événement a vu la participation de L’ambassadeur d’Ethiopie à Djibouti et président du comité des ambassadeurs de l’IGAD, Shamebo Fitamo, du directeur de la division de l’Agriculture et de l’Environnement au sein du Secrétariat exécutif de l’IGAD,  Mohamed Moussa, de la responsable adjointe du programme mondial sur la migration et le développement à la Direction du développement et de la coopération Suisse (SDC), basée à Berne en Suisse,  Odile Robert, du conseiller technique en chef du Bureau international du Travail (BIT), basé à Addis-Abeba en Ethiopie, Richard Lavallee, et du  chef de mission de l’Organisation internationale pour la migration (OIM) à Djibouti.

Place au 11ème processus consultatif régional sur la migration à Djibouti (1)

Tous ces officiels ont successivement fait des interventions  lors de la cérémonie d’ouverture. Diverses leçons en sont à tirer.

Le 11ème PCRM de l’IGAD a comme  thème central «Renforcer la migration des main-d’œuvre dans la région de l’IGAD», à l’instar du PCRM de 2015 dans le but de sensibiliser le public aux opportunités et aux défis liés à la mobilité des main-d’œuvre et de forger une compréhension commune sur la gouvernance des migrations de ces dernières dans la région de l’IGAD.

Les participants au dialogue sont les chefs des bureaux de liaison des ministères des Affaires étrangères, des ministères en charge de l’Immigration, du Travail, des Réfugiés, du Mécanisme National de Coordination en matiere de Migration, des commissaires chargés de l’enseignement supérieur, de la société civile, des organismes compétents des Nations Unies et de partenaires de développement.

Le 11ème PCRM a deux objectifs. Le premier est de commémorer le dixième anniversaire du RCPM en réfléchissant sur les résultats obtenus au cours des dix dernières années et d’identifier les moyens de renforcer le RCPM afin de promouvoir le dialogue régional et international sur les migrations.

Le second objectif est de suivre et d’examiner les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations du PCRM de 2015 sur les migrations des main-d’œuvre, à la lumière des dynamiques migratoires nouvelles et émergentes au niveau sous-régional, régional et mondial.

Dans ses remarques préliminaires, le ministre du Travail s’est félicité du dévouement et de l’engagement de l’IGAD en faveur de la question des migrations et de la formulation d’une stratégie régionale sur les migrations. «Nous devons ouvrir notre marché à l’apport, de l’extérieur pour que chaque personne ait la possibilité de s’installer, de faire sa vie dans le pays de son choix, lutter contre les tentations de repli sur soi», a affirmé M. Hassan Idriss Samrieh.

De son côté, l’ambassadeur Fitamo a décrit la triste réalité des citoyens de la région de l’IGAD qui ont succombé à la migration illégale et a assuré l’auditoire des efforts déployés par l’Éthiopie qui «s’emploie de manière énergique à lutter contre le problème de la migration». Il a encouragé les États membres de l’IGAD « à travailler étroitement pour traiter le problème de la migration selon différentes approches ».

Pour sa part, M. Mohamed Moussa a remercié le gouvernement suisse pour « son soutien continu au programme de migration depuis 2014 »,ce qui a permis à l’IGAD de « mettre en place, de renforcer et de régulariser l’architecture de gouvernance de la migration de l’IGAD ». Il a souligné que le 11ème PCRM était également l’occasion de célébrer les 10 ans du Processus. «Actuellement, l’IGAD est le fer de lance des négociations sur les protocoles relatifs à la libre circulation des personnes et à la transhumance. L’adoption, la ratification et la mise en œuvre des protocoles par les États membres de l’IGAD marqueront le début d’une nouvelle ère d’exploitation des migrations pour le développement dans la région», a-t-il déclaré en substance.

Les représentants de la Suisse, de l’OIM et de l’OIT ont pris la parole successivement pour saluer les progrès accomplis par le mécanisme de coordination de l’IGAD depuis sa création et pour apporter un soutien supplémentaire.

Les principaux résultats escomptés du dialogue sont la réalisation clé et le rôle potentiel du PCRM de l’IGAD, une compréhension commune de la dynamique de la migration de travail et de la gouvernance du travail dans la région de l’IGAD, les principales recommandations associées à la voie à suivre en ce qui concerne la facilitation de la mobilité de la main-d’œuvre et le renforcement de la gouvernance des migrations de main-d’œuvre dans la région de l’IGAD.

Leave a Reply


Trackbacks