Faits divers

10 août 2017 8 h 42 min0 commentsViews: 33

Quatre mois à la morgue de Peltier

Dans le cadre de l’enquête portant sur une tentative de meurtre sur un policier qui s’est déroulée à Arhiba, dans l’après-midi du 1er août 2017, une équipe de la police nationale s’est déplacée sur les lieux des faits pour procéder à une enquête de voisinage auprès des témoins fréquentant régulièrement ce lieu. Tout a commencé, il y a quatre mois quand une altercation éclate entre un policier et un autre individu. Quelques mois plus tard, le cousin de l’individu en question agresse le policier et le menace avec un couteau, l’accusant de la mort de son cousin. Mort qui après enquête s’est avérée être naturelle. Suite à l’audition de l’individu mis en cause dans cette tentative de meurtre, il a reconnu avoir jeté des cailloux et fait usage d’une arme blanche pour mettre fin à la vie du policier. L’auteur de ces faits aurait accusé le policier en question de la mort de son cousin dont le corps se trouve toujours à la morgue. Sous les instructions du procureur de la république et juge d’instruction, l’auteur de ces actes a été placé en mandat de dépôt à la prison civile de Gabode. Il s’agit du premier cadavre gardé pendant quatre mois à la morgue de l’hôpital Peltier.

Le violeur du 30 juillet ne court plus

Dans la journée du 3 août vers 10h00, les éléments de l’antenne judiciaire d’Ali Sabieh interpellent un jeune homme âgé de 22 ans, marié et père de famille. L’individu était recherché pour une affaire de viol aggravé, commis dans la nuit du 30 juillet dernier dans les jardins d’Ambouli sur une jeune fille mineure âgée de 16 ans.  Après avoir commis son forfait, le violeur a quitté la capitale, histoire de se faire oublier. Mais les fins limiers de la police nationale lui ont mis le grappin  dessus après seulement trois jours de planque.

Le cadavre de la Siesta

Dans la journée du 4 Août, un cadavre est découvert sur la plage La Siesta au bord de la mer. Dépêchée sur les lieux, la police constate qu’il s’agit d’un homme jeune, de corpulence moyenne, au teint clair et sans signe de vie, mort noyé. Le défunt était habillé uniquement d’un bermuda. Torse nu, il ne présentait aucun signe de violence physique. Le premier témoin arrivé sur les lieux a déclaré que le corps avait été rejeté par la mer avant le lever du soleil. Suite aux investigations, il semblerait que l’individu souffrait d’asthme et que son décès par noyade est consécutif à une crise d’asthme.

Rixes entre clans à Dikhil à la suite d’un viol

Dans la soirée du 5 août, une jeune fille a été violée à Dikhil. Bien que l’affaire fût traitée sur le plan judiciaire, des clans rivaux en ont profité pour s’affronter.  Heureusement aucune victime n’est à déplorer et la situation est redevenue calme après quelques échauffourées entre jeunes.

Leave a Reply


 

Trackbacks

Close
Ne ratez plus les mises à jour de la Nation
En cliquant sur l'un de ses liens, vous serez informé en temps réel.