Faits Divers

8 novembre 2018 8 h 18 min1 commentViews: 71

Vol à l’arrachée au Héron

Après une baignade à la plage du Héron, 9 jeunes garçons marchent le long de la route pour prendre le bus et rentrer chez eux. Sur leur chemin, ils croisent une dame d’un certain âge avec un téléphone en main. Ils lui arrachent le téléphone des mains et s’enfuient. Mal leur en a pris. Ils croisent sur leur route, l’une des nombreuses patrouilles mobiles des policiers du commissariat du Héron. Interpellés par la course folle des jeunes garçons, les policiers s’arrêtent et croisent la vielle dame. Sous le choc, elle leur explique qu’ils lui ont arraché le téléphone des mains avant de prendre la fuite. Les policiers sortent de leur véhicule et rattrapent quatre des jeunes voleurs. Lors de leurs auditions, ils donnent sans hésiter les adresses de leurs complices qui seront aussitôt arrêtés à Balbala. Ils écoperont finalement d’un avertissement devant le parquet de la justice avec l’obligation de payer un dédommagement financier pour le préjudice causé envers la dame.

 

Dispute entre vendeurs d’« adaî »

A la place Mahamoud Harbi, une jeune femme désire acheter des brosses à dents traditionnelles. Elle s’arrête un instant devant un jeune vendeur assis par terre. Mais avant d’avoir fait son choix elle est interpellée par un autre vendeur sur les lieux. Celui-ci lui aurait proposé «  les dernières brosses à dents fraichement arrivées ». Prise de court, elle fait donc son choix et décide de se tourner vers le second vendeur qui a su l’attirer avec sa verve. Le premier vendeur s’emporte. Et une dispute éclate entre les deux hommes. Un troisième vendeur essaye de calmer leurs esprits mais ce dernier est aussi pris dans la spirale de violence entre les deux hommes et il reçoit des coups. Arrêtés par les policiers du commissariat du 1er arrondissement, les deux hommes se retrouvent finalement devant le parquet de justice. Incapables de régler leurs litiges à l’amiable, ils seront finalement déférés sous  mandat de dépôt derrière les barreaux de la prison de Gabode.

 

Une commerçante dépouillée à Ali-Sabieh

Le mois dernier dans la ville d’Ali-Sabieh, deux délinquants notoires interceptent une commerçante qui tentait de se rendre à pied à Dawanleh. Au moment de son agression, la dame transportait cinq douzaines de chaussures de marque « Kito » d’une valeur marchande de 45 000 FD. Le lendemain matin la victime se présente au détachement de la police d’Ali-Sabieh pour déposer plainte pour violence et extorsion. Les policiers lancent donc un avis de recherche pour retrouver les suspects. Quelques semaines plus tard, la police de Galilée intercepte l’auteur du vol ainsi que son complice.

Lors de leur garde à vue, les deux hommes reconnaissent les faits qui leur sont reprochés. Ils sont finalement présentés devant le parquet de justice de Djibouti pour délit d’extorsion et association de malfaiteurs. Ils se trouvent actuellement sous mandat de dépôt à la prison civile de Gabode.

N. Kadassiya       

Leave a Reply


Trackbacks