En aparté avec… Jean-Pierre Gianotti : Directeur Général de la BCIMR

20 mars 2014 9 h 01 min8 commentsViews: 1851

Nous avons sollicité et obtenu cette semaine un entretien avec le M., nouveau directeur-général de la BCIMR, Jean-Pierre Gianotti. Auparavant en  poste à Nouméa, il a pris ses fonctions à la tête de la BCIMR au mois de janvier 2014. Le manager est  rompu aux rouages des institutions bancaires puisqu’il est dans le métier depuis plus de trente ans. Depuis 1980,  n’a cessé de gravir les échelons, assumant des responsabilités techniques et managériales dans les filiales BRED à travers le monde. Homme de conviction et d’engagement, le nouveau  DG de la BCI  représente, à n’en pas douter,  un choix hautement stratégique pour la BRED au moment où la BCIMR entend poursuivre et renforcer son soutien à la consolidation de la croissance économique de notre pays. Entretien avec le nouvel homme fort de la plus ancienne des banques de la place.

 » Nous continuerons à renforcer notre efficacité opérationnelle, dynamisme et créativité »

La Nation : M. Gianotti, vous avez récemment pris vos fonctions de directeur général de la BCIMR à Djibouti. Comment appréhendez-vous vos nouvelles fonctions et d’abord, comment vous sentez-vous à Djibouti ?

Jean-Pierre GIANOTTI :- J’ai passé les vingt dernières années à diriger des banques aux Antilles et dans le pacifique  et je découvre avec plaisir Djibouti où l’accueil  de la population  et le dynamisme de l’économie sont exemplaires.

Comment avez-vous trouvé la situation économique et financière de la banque ?

Indéniablement, la BCIMR est une belle banque qui est un modèle de partenariat, c’est aussi un modèle  d’implication dans la vie économique avec des équipes volontaires et dynamiques.

Mais l’avenir est devant nous et nos ambitions sont fortes :nous nous attacherons  à apporter la qualité de service  que nos clients sont en droit d’attendre aussi bien en terme d’accueil , de conseil , de qualité et rapidité  de traitements de nos opérations. Bien entendu nous continuerons à participer  activement aux financements des projets de nos clients particuliers et professionnels.

La BCIMR  domine depuis longtemps la place bancaire djiboutienne.  Comment présenteriez-vous de manière succincte cette banque pionnière ?

La Banque pour le Commerce et l’Industrie – Mer Rouge (BCIMR) est une banque généraliste qui intervient sur tous les segments de marché: particuliers, entreprises, secteur public et institutionnel.

Elle est la filiale à hauteur de 51% du groupe Bred Banque Populaire (groupe BPCE). Elle offre à ses clients toute une gamme de produits et services de banque commerciale : crédits et financements, gestion de dépôts et de trésorerie, moyens de paiement, Trade Finance, garanties locales et internationales. La BCIMR représente plus de 50 % des parts de marché sur la place de Djibouti.

En collaboration avec l’Agence Française de Développement, la BCIMR participe au financement de grands projets régionaux comme l’interconnexion électrique entre Djibouti et l’Ethiopie, dans la perspective, pour Djibouti, de résoudre son important problème énergétique, ou encore la participation de Djibouti dans le câble sous-marin de télécommunications, reliant l’Inde à la Grande-Bretagne.

D’un point de vue microéconomique, la BCIMR détient les meilleures parts de marchés en termes de clientèles de particuliers et des entreprises ou des milieux d’affaires également.

Comment comptez-vous faire pour accroitre vos parts de marchés et surtout attirer de nouveaux clients ? Et quelles sont les mesures que vous préconisez pour fidéliser votre clientèle déjà acquise ?

Tout d’abord, comme je l’ai déjà précisé, notre priorité portera sur la qualité de services, ce qui nous permettra de fidéliser  nos clients  et d’attirer des prospects; nous avons par ailleurs de nombreux projets : ouverture d’une nouvelle agence en 2014  afin de compléter notre maillage et des travaux de rénovation seront engagés  sur certains sites.

Nous allons  également cette année ouvrir une branche islamique afin de répondre aux attentes d’une partie de la population. Par ailleurs, avant la fin du premier semestre, un bureau de représentation  de la BCIMR  en Ethiopie devrait être ouvert.

Nous envisageons également de proposer de nombreuses innovations à nos clients aussi bien en termes de services que de nouveaux  produits, la BCIMR se doit d’être leader dans ces domaines.

D’un point de vue macroéconomique, la République de Djibouti présente des atouts majeurs. C’est une place financière forte qui jouit d’une stabilité politique et d’une position géographique stratégique dans la Corne de l’Afrique, au carrefour des principales routes de navigation maritime. L’activité économique connait une croissance soutenue et ses perspectives sont bonnes grâce notamment à la faveur d’importants flux d’investissements directs étrangers.

Comment la BCIMR compte tirer avantage de cette embellie économique tout en accompagnant l’essor économique de notre pays ?

Dans le but de renforcer le positionnement de Djibouti comme plaque tournante des échanges commerciaux, de logistique et de services connexes, et aussi comme fournisseur de services financiers.

Le principal atout de Djibouti est sa localisation géostratégique, son port international étant à la croisée des routes maritimes entre l’Extrême-Orient, le Golfe Arabo-persique, l’Afrique et l’Europe.

En plus de proposer une monnaie stable, librement convertible et ancrée au dollar américain par une parité fixe, Djibouti possède une image de marque au niveau international. Pour ce faire, le pays bénéficie d’une situation rare dans la corne d’Afrique, une stabilité politique,

En sa qualité d’opérateur, la BCIMR mobilise tous ses efforts pour accompagner les entreprises, à savoir la mise à disposition des financements et les instruments financiers.

Je voudrais vous faire part de l’expérience encourageante de notre Groupe et de mon optimisme sur l’avenir du pays. Présente à Djibouti depuis 2007, la BRED, en tant qu’actionnaire majoritaire de la BCIMR, au côté de la République de Djibouti (actionnaire à 33 %) et de la Banque de développement du Yémen, se félicite de sa position de première banque de Djibouti.

Conscient de sa position stratégique et de son environnement de paix et de politiques structurelles favorables, des investisseurs comme la BRED ont fait le choix de ce pays francophone comme point d’ancrage de la région Est Afrique.

A l’image de la BRED, notre filiale se caractérise par la variété de ses métiers et la diversité des cultures de son personnel. L’expérience de la Corne de l’Afrique a été concluante tant en termes de résultats que de croissance.

Dans ce contexte d’environnement économique très favorable, nous continuerons à renforcer notre efficacité opérationnelle, notre dynamisme et notre créativité.

Un dernier mot sur le secteur bancaire en général et la BCIMR, filiale du groupe BRED à Djibouti  pour conclure.

Djibouti se doit d’avoir un marché bancaire sain et solide afin d’assurer son développement. La BCIMR  est la banque la plus ancienne, la plus impliquée, celle qui a été et sera le plus présente.

Elle dispose du réseau le plus étendu au service de la population. L’ensemble de nos équipes est à votre disposition.  Nous invitons tous les Djiboutiens non encore clients à venir nous rejoindre.

 

Leave a Reply


Trackbacks