En aparté avec Ahmed Ali Hamadou alias Ahmed Mogola Président de la plateforme nationale de la jeunesse Djiboutienne (PNJUD)

24 mai 2018 9 h 40 min0 commentsViews: 157

« Les jeunes représentent l’espoir et non pas un danger »

Titulaire d’un Master en management administratif et financier, Ahmed Mogola, 30 ans, incarne cette nouvelle génération de jeunes djiboutiens résolument engagés aux côtés du président Ismaïl Omar El Guelleh. Il est le fondateur de la plateforme des jeunes unis pour le développement durable de Djibouti, nous l’avons rencontré en marge de la cérémonie de lancement de la PNJUD. Il s’est prêté au jeu de l’interview à chaud. Entretien

Ahmed Mogola Président du PNJUD

Vous avez créé une plateforme des jeunes unis pour le développement durable de Djibouti. Pourquoi ? 

La jeunesse est une des plus grandes richesses que puisse avoir un pays. Si elle est impliquée de façon active dans le processus de développement dudit pays. Malheureusement, cette réalité est ignorée d’une part par de nombreux jeunes, et ceux qui en sont conscients manquent d’engagement affiché et déterminant dans la construction de leur localité. D’autre part, les actions de l’Etat pour la jeunesse ont besoin d’accompagnement pour mettre en valeur les potentialités immenses des jeunes. Car elle seule ne pourra rien faire. C’est fort de tous ces constats que mes amis et moi-même avons  décidé de créer la plateforme qui sera comme l’organe crédible pouvant servir de porte-parole aux jeunes de Djiboutiens.

Quels sont les objectifs de cette plateforme ? 

Cette plateforme nationale des jeunes unis pour le développement durable de Djibouti se veut promotrice d’une expression vraie, pleine et digne de toute la jeunesse. En clair, ses missions premières sont d’éveiller la conscience des jeunes sur leurs potentialités et leur rôle central dans la construction de leur pays, de représenter les jeunes  au niveau national, de mobiliser les jeunes autour de cette plateforme de réflexion. Nous voulons servir d’outil de consultation, d’étude et de proposition émanant de la jeunesse Djiboutienne. Notre ambition est de favoriser des rencontres et des échanges entre des jeunes en vue de renforcer notre unité et leur entente. Nous devons faire les choses ensemble pour le bien de notre pays.

Qu’est ce qui différencie le PNJUD des autres plateformes qui existent au Djibouti ?

Aujourd’hui notre PNJUD est le seul organe consultatif et représentatif de la jeunesse. Les anciennes plateformes sont devenues des éléphants blancs.

Quelle place occupe la jeunesse Djiboutienne dans le développement du pays ?

La jeunesse occupe une place importante au sein de la société Djiboutienne car elle incarne l’innovation, le dynamisme et la compétence dont notre société a besoin. C’est un vecteur de développement de notre pays. Le président de la République a organisé le dialogue national en son temps, pour montrer aux jeunes l’intérêt que le gouvernement porte pour leur développement. Pour notre chef de l’Etat, les jeunes représentent l’espoir et non pas un danger.

Quelles sont les actions concrètes que vous menez sur le terrain ?

Nous entendons mener des activités de sensibilisation au profit de la jeunesse et aussi organiser des ateliers de rencontre et de réflexion sur le civisme des jeunes, l’unité nationale et la cohésion sociale pour que les acteurs intervenant dans ces domaines puissent collaborer  dans  la formation des jeunes.

Disposez-vous des moyens nécessaires pour mener à bien ces missions et fédérer autour de vous les jeunes Djiboutiens sur tout le territoire ?

Les moyens qu’il nous faut premièrement, c’est l’appui institutionnel et l’accompagnement des hautes autorités de notre pays. Ce soutien ne sera pas de trop. Nous tournons aussi nos regards vers les partenaires techniques et les ONG, pour leur accompagnement. Mais je dois dire que nous comptons d’abord sur nous-mêmes, pour mobiliser les ressources primaires, afin de pouvoir mener nos activités, avec le secrétariat d’état à la jeunesse et aux sports qui travaille aussi dans ce sens. Ensemble, nous allons réfléchir sur les voies et moyens pour l’atteinte de nos objectifs.

Peut-on dire que vous appartenez à la majorité présidentielle ?

Oui car cette majorité joue un rôle fondamental pour garder l’unité, la paix afin que notre pays se développe chaque jour un peu plus.

Ahmed Mogola a-t-il des ambitions personnelles ? Rappelez-nous un peu votre parcours.

Mon ambition est d’accompagner et compléter la politique de notre gouvernement sur l’intérêt général et plus particulièrement la promotion de la politique de la jeunesse. Ma deuxième ambition est de rassembler les jeunes pour qu’ils deviennent tous demain des porteurs d’un projet collectif, d’une ambition collective, d’un dynamisme collectif, d’une solidarité collective, d’une unité collective, d’une entente collective, d’un respect collectif, et un développement collectif.

Quel regard portez-vous sur la politique du président Ismaïl Omar Guelleh ?

Le président de la République conduit inlassablement notre pays vers l’émergence. Depuis sa réélection, il a mis en place une feuille de route claire pour son gouvernement afin de répondre efficacement aux besoins des populations.

Il apparaît aujourd’hui incontestablement comme le garant de la paix et de la stabilité de notre pays. Le pays accentue la  vitesse de croisière de son développement. De grands projets sont en cours, les indicateurs macro-économiques sont au vert. Je suis né à Obock. Et je suis fier d’appartenir à la majorité présidentielle.

Quel message voulez-vous transmettre  aux jeunes  Djiboutiens ?

Mes chers jeunes,  votre premier devoir est de protéger et de sauvegarder éternellement l’unité, paix et la république de Djibouti. Renforce ton sentiment national (patriotisme et civisme) pour la continuité de développement de ton pays. C’est l’unique fondement de l’existence et de la paix. Ce fondement est votre trésor le plus précieux. Même dans l’avenir, il y aura des personnes mal intentionnées internes et externes qui voudront vous priver de ce trésor. Si un jour, vous êtes obligé de défendre la paix l’unité  et la république, vous ne devrez pas penser aux conditions et aux circonstances où vous vous trouverez pour accomplir votre devoir. Protège votre pays avec vos ainés et tachez de vous approprier les bonnes pratiques de la gouvernance dans tous les domaines.

Votre mot de la fin

Nous lançons un appel aux autorités pour que l’intégration régionale prônée soit une réalité.

 Propos recueillis par Hassan Baragoita Hassan 

Leave a Reply


Trackbacks