Education des Sourds et Muets à Ali-Sabieh : Visite d’une importante délégation

17 septembre 2015 8 h 32 min0 commentsViews: 246

Dans le cadre de l’évaluation de la formation donnée aux enseignants du langage des signes destiné aux sourds et muets dans la pratique de la classe, une équipe de Djibouti a visité l’école des enfants malentendants d’Ali-Sabieh.

Une délégation, composée de personnalités importantes du Centre de Formation des Enseignants de l’Education Fondamentale (C.F.E.E.F), du Centre Mère et Enfants et de l’UNICEF,  s’est rendue hier à l’école des Sourds et Muets de la ville d’Ali-Sabieh.

Une visite relative au suivi dans la classe de la formation donnée à tous les enseignants opérant dans le milieu de ces enfants aux besoins spécifiques.Celle-ci était organisée en trois volets  dans le Centre Mère et Enfants de Djibouti.

Le premier volet s’était déroulé au mois d’avril 2015, le second avait eu lieu au mois de mai et le dernier se déroule en ce mois de Septembre 2015 et sera clôturé dans la journée du jeudi 17 septembre  par la remise des diplômes.

Selon Monsieur Benoit Blandin, expert consultant de l’UNICEF et lui même sourd et muet mais ingénieur de ce type d’enseignement, la qualité des savoirs dispensés dans cette école est excellente. Il faut noter que cette école  spécifique aux enfants victime de ce type d’handicap de cette région du sud avait ouvert ses portes en septembre 2006. Elle est composée de deux salles et d’un petit bloc de toilette dont la construction a été financée par un don privé.

Actuellement, elle accueille une trentaine d’élèves qui se réjouissent de leur scolarité tardive puisque la majorité d’entre eux ont dépassé le cap de l’âge mineur. Ce qui reste déplorable : cette petite école et son seul enseignant, Monsieur Kahin, ne sont pas pris actuellement en charge par le ministère de l’Education Nationale.

Auparavant des associations caritatives comme Caritas ou Rotary Club la subventionnaient en fournitures et octroyaient un maigre pécule d’encouragement à l’enseignant.

Selon M. Ahmed Saïd, cadre de l’UNICEF, cette organisation onusienne pour l’enfance ne peut prendre en charge ni la rémunération de l’instituteur ni l’octroi annuel des fournitures mais, par contre, elle pourrait financer la clôture de l’école et son branchement au courant électrique. Et cela à la demande officielle du Ministère de l’Education Nationale qui doit établir un éventuel devis de toutes les dépenses nécessaires.

M. Farah Doualeh Ladieh, conseiller pédagogique dans la circonscription d’Ali-Sabieh, indique pour sa part que le Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, Djama Elmi Okieh avait promis l’engagement de verser cette école et son enseignant dans le cadre de l’enseignement formel public dans le courant de l’année scolaire 2015/2016.

Une belle promesse qui doit se finaliser pour la seule raison de l’épanouissement des enfants sourds et muets de la région.

Ali Ladieh Ismaël 

 

Leave a Reply