Education : Des cellules d’assistance sociale dans les lycées L’égalité des chances passe aussi par l’école

18 septembre 2016 8 h 25 min0 commentsViews: 40

Lutter contre l’abandon et la déperdition et assurer l’égalité de chance d’accès à l’enseignement secondaire pour les élèves à besoins spéciaux issus des familles pauvres. C’est le propos des « Cellules d’assistance sociale » dans les lycées, lancées hier par le Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, M. Moustapha Mohamed Mahamoud, et la secrétaire d’Etat, chargée des Affaires Sociales, Mme Mouna Osman Aden lors d’une réunion qui s’est déroulée au MENFOP.

Le Secrétariat d’Etat chargé des Affaires Sociales et le MENFOP ont élaboré un projet d’assistance sociale en faveur des élèves à besoins spéciaux ou issus des  familles nécessiteuses. L’initiative s’inscrit  dans le cadre de la stratégie nationale de Protection sociale axée sur le Filets Sociaux de Sécurité (FSS) élaboré en 2012.

La réunion de lancement du programme pilote d’aide sociale aux lycéens souffrant d’handicap ou issus de familles démunies a mobilisé l’ensemble des cadres du Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle et du Secrétariat d’Etat chargée des Affaires Sociales.

L’initiative qui s’inscrit dans le cadre du dispositif de protection sociale de type « filets sociaux de sécurité » est destinée aux populations pauvres et vulnérables qui ont échappées au système classique de sécurité sociale.

L’occasion de se pencher sur les voies et moyens d’un pacte de solidarité pour une action sociale et citoyenne en faveur des lycéens les plus précaires. Notons la présence des proviseurs des lycées et de leurs conseillers principaux d’éducation   (CPE) qui ont été conviés  à la cérémonie.

La réunion a permis de mettre au point les objectifs des cellules d’assistance sociales et les rôles et missions qui leurs sont assignés. La secrétaire d’Etat aux affaires sociales a expliqué qu’il s’agissait d’abord d’améliorer la coordination dans le domaine des affaires sociales en identifiant les personnes nécessiteuses en vue d’offrir des services d’assistance sociales de proximité.

Pour ce faire, un travail de collecte et de traitement des doléances des personnes en collaboration avec les parties prenantes concernées sera effectué, a-t-elle indiqué. Par la même occasion, les familles nécessiteuses seront formellement détectées et leurs cas viendront alimenter le registre social qui sera mis en place, a-t-elle poursuivi. Elle a conclu en assurant qu’un suivi et une gestion des doléances et plaintes seraient assuré par les cellules au sein des lycées.

De son côté, le ministre de l’éducation nationale a souligné l’intérêt de ce  programme d’aide sociale aux enfants vulnérables qui s’inscrit dans le cadre de la politique sociale du président Ismaïl Omar Guelleh afin d’améliorer les conditions de vie de nos concitoyens. « Ces cellules offre les gages d’une meilleure égalité des chances et permet de mieux lutter contre le décrochage scolaire des enfants à besoins spéciaux » a-t-il indiqué. M. Moustapha Mohamed Mahamoud a loué cette initiative qui «tombe à point nommé pour accompagner le travail d’amélioration de la qualité ». Il a exhorté les chefs d’établissements et les CPE d’œuvrer pour le succès de ce programme d’assistance sociale.

Pour rappel, la Secrétaire d’Etat chargée des affaires sociales n’avait pas manqué de mettre en évidence les grandes lignes du programme d’assistance sociale pour les élèves handicapé (PASEH), une extension d’un programme de transfert monétaire conditionnel (TMC). Après les étudiants de l’université de Djibouti, ce programme cible les lycéens présentant un handicap ou issu de familles pauvres. Mme Mouna Osman Aden a réaffirmé son engagement à tout mettre en œuvre pour le succès de ce partenariat entre les deux départements et a assuré de sa disponibilité effective.

La secrétaire d’Etat a  ensuite exposé le plan d’action du programme devant l’assistance avant de répondre aux questions et interrogations soulevées au cours des échanges qui ont suivis les présentations. Les participants ont tous été satisfait de cette réunion et rendez-vous est pris pour sa réalisation dans les établissements.

Selon le plan d’action mis en place, ces cellules d’assistance sociales feront bientôt leur apparition au sein de tous les établissements d’enseignement secondaire de la capitale et des régions.

MAS 

Leave a Reply


Trackbacks