Djibouti/Tunisie : Vers un raffermissement des relations commerciales

5 janvier 2017 8 h 29 min0 commentsViews: 127

La Tunisie a fait sienne le choix de consolider le partenariat existant déjà avec Djibouti dans divers domaines, notamment celui de l’investissement. A cet effet, le chef de la diplomatie tunisienne a convoqué une réunion interministérielle, prévue lundi 9 janvier prochain à Tunis. Autre info : une mission tunisienne de haut niveau est attendue le 18 et 19 janvier 2017 à Djibouti où ses membres sont appelés à explorer les opportunités d’investissements. La venue des officiels et hommes d’affaires tunisiens visent au raffermissement des relations commerciales entre les deux pays.

Il faut remonter au 1er décembre 2016 pour voir le Conseil tunisien des affaires africaines ou TABC de son acronyme anglais organiser sous les lustres de l’hôtel « Le Corail », sis aux berges du lac de Tunis, une rencontre sur les opportunités d’investissements existantes en République de Djibouti. L’initiative émanait de Bassem Loukil, l’un des fondateurs du TABC et président-directeur-général du groupe pétrolier Loukil. Elle est intervenue au lendemain de la clôture de la conférence internationale sur l’investissement, intitulée « Tunisia 2020 ».  Elle ciblait les professionnels des médias tunisiens.  L’événement avait vu la participation du ministre djiboutien de la Communication, chargé des Postes et des Télécommunications, Abdi Youssouf Sougueh, et du conseiller spécial auprès du président de la République, Alexis Mohamed.

D’un côté, les fondateurs du TABC, Bassem et Walid Loukil, ont évoqué devant l’assistance la position géostratégique enviable de Djibouti. La volonté politique aussi qui existe au sommet de l’Etat djiboutien dans la transformation du pays en « hub » logistique régional. Pour ces hommes d’affaires tunisiens, Djibouti est en passe de gagner son pari. Avec les 4 ports opérationnels et le 5ème en cours de construction, le réseau routier et ferroviaire aux normes standards internationales, l’atterrissement de 7 câbles sous-marins de télécommunications sur les rives djiboutiennes qui rendent attractive la destination Djibouti. De tels avantages comparatifs et compétitifs laissent entrevoir le potentiel économique prometteur du pays qui  reste à explorer. C’est ce qu’ont compris, depuis longtemps, les Chinois, présents sous les cieux djiboutiens », ont martelé avec insistance Bassem et Walid Loukil.

De l’autre, Alexis Mohamed a mis en exergue les similitudes de Djibouti et la Tunisie. « Les deux pays sont membres de la Ligue des Etats arabes. Les deux peuples ont en commun la pratique des langues arabe et française. Avec moins d’ 1 million d’habitants, Djibouti est la porte d’entrée de ses voisins enclavés de la région forte de plus de 100 millions de consommateurs », a-t-il dit aux confrères de la presse tunisienne.

Mieux, le ministre Abdi Youssouf Sougueh a souligné le rôle prépondérant que Djibouti joue dans la stabilisation du contexte politique et sécuritaire régional. En témoigne la  présence des forces américaines, européennes, et japonaises sur le sol djiboutien.

Au-delà des clichés réducteurs de cité garnison, Djibouti autorise la libre circulation des capitaux, dispose d’une monnaie convertible, le Franc Djiboutien, et indexée au Dollar US avec un taux de change fixe depuis 1949, abrite la Cour commerciale internationale du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa), et voit transiter le trafic des autres pays membres qui regroupent plus de 400 millions de consommateurs. Sans oublier la mise en place d’un cadre juridique qui est propice au développement des affaires et des échanges commerciaux sud-sud et nord-sud comme l’a rappelé le ministre Abdi Youssouf Sougueh.   Pour sa part, Bassem Loukil a renchéri sur l’immense espace d’opportunités que Djibouti offre aux hommes d’affaires  à la recherche de nouveaux marchés émergents. « Il faut y aller, il y a du travail à faire», a-t-il ajouté avec force et conviction. D’autant plus que le pays est engagé, depuis plusieurs années, dans un programme d’ajustement structural (PAS), convenu avec le FMI et la Banque mondiale. Ce qui a favorisé son développement économique et social.

Les plaidoyers successifs du ministre Abdi Youssouf Sougueh, d’Alexis Mohamed, et de Bassem Loukil ont fait mouche auprès de l’auditoire tunisien, réuni au début de décembre 2016 dans l’hôtel « Le Corail » de Tunis. Le cours des choses s’est accéléré depuis.  Le gouvernement tunisien a fait sien le choix de consolider le partenariat existant déjà avec Djibouti dans divers domaines, notamment celui de l’investissement. A cet effet, le chef de la diplomatie tunisienne a convoqué une réunion interministérielle, prévue lundi 9 janvier prochain à Tunis. Ultime info : une mission tunisienne de haut niveau est attendue le 18 et 19 janvier 2017 à Djibouti où ses membres sont appelés à explorer les opportunités d’investissements. La venue des officiels et hommes d’affaires tunisiens visent au raffermissement des relations commerciales entre les deux pays.

Leave a Reply


 

Trackbacks

Close
Ne ratez plus les mises à jour de la Nation
En cliquant sur l'un de ses liens, vous serez informé en temps réel.