Djibouti Gouvernance des entreprises publiques : Un changement de paradigmes

11 décembre 2018 8 h 06 min2 commentsViews: 183

Une réunion sur la gouvernance des entreprises publiques s’est tenue hier au cabinet du ministère de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie (MEFI). La séance de travail y a regroupé autour d’une table ronde le ministre de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie, Ilyas Moussa Dawaleh, le ministre de l’Agriculture, l’Eau, la Pêche, l’Elevage et des Ressources Halieutiques, Mohamed Ahmed Awaleh, le ministre de l’Energie et des Ressources Naturelles, Yonis Ali Guedi, les présidents des conseils d’administration et directeurs généraux respectifs de fleurons du tissu économique djiboutien.

La présence des uns et des autres répondait au souci commun de veiller au respect code de bonne gouvernance adopté par l’Exécutif djiboutien. Il s’agit donc pour les parties prenantes de mettre en application la feuille de route établie par le Conseil de coordination de la gouvernance des entreprises et établissements publics (C.C.G.E.E.P) à cet effet.

C’est pourquoi le MEFI a pris les devants pour accompagner les managements respectifs de l’Office national de l’eau et l’assainissement de Djibouti (ONEAD), et d’Electricité de Djibouti (EDD) dans ce processus de réforme. L’initiative fait suite au diagnostic technique et financier que le groupement SOFRECO-SEURECA a mené dans le cadre du projet d’assistance technique, intitulé « soutien aux réformes du Projet de production d’eau potable par dessalement et énergie renouvelable (PEPER) » et financé par l’Union Européenne.

Ainsi, les analyses des consultants internationaux ont  permis de mettre en évidence la réalisation urgente de multiples tâches en vue de l’atteinte des objectifs de la réforme. Ces recommandations sont assorties d’un plan d’actions que l’ONEAD doit rendre effectif.

En ce sens, l’opérateur national de l’eau et  l’assainissement bénéficiera d’un prolongement du soutien technique dans l’exécution des grandes lignes de ce plan d’actions.

Qu’il s’agisse du système d’information, de la formation du personnel, et de la restructuration de l’organisation.

Autre info : le diagnostic du groupement SOFRECO-SEURECA fait ressortir des aspects critiques de la gouvernance des entreprises publiques que les pouvoirs publics doivent régler au préalable.  Ce qui implique des initiatives concrètes de leur part pour mieux accompagner les entreprises publiques dans leur effort de restructuration.

Autant dire que les acteurs institutionnels concernés doivent s’approprier le changement de paradigmes désormais en vigueur dans la gouvernance des établissements publics à caractère industriel et commercial.

Leave a Reply