Cutlass Express 2018 : Des motifs de satisfaction

13 février 2018 8 h 23 min8 commentsViews: 137

Les objectifs de l’exercice annuel, intitulé « Cutlass Express 2018 », ont été atteints au niveau opérationnel. Sur le plan tactique, les règles et procédures d’intervention et d’investigation en mer lors d’arraisonnement ou de contrôle de tout navire suspect ou hostile ont été respectées.

Cutlass Express 2018 (1)

La base navale de la marine nationale a abrité la cérémonie de clôture de l’exercice annuel Cutlass Express 2018. Cette cérémonie de clôture a été présidée conjointement par le capitaine de frégate Ahmed Daher Djama, commandant de la marine nationale par intérim, et le commandant Mohamed Adawa Mohamed, commandant par intérim des garde-côtes djiboutiens, en présence du capitaine de vaisseau John Tully, attaché de défense de l’ambassade des Etats-Unis à Djibouti. Cet exercice, organisé par NAVAF et supervisé par AFRICOM, a regroupé les acteurs de la sécurité maritime de la région, une équipe d’investigation de la police maritime de la Somalie, une équipe de la marine mozambicaine, des professionnels de la marine kenyane, deux unités des garde-côtes djiboutiens. Ces équipes d’investigation étaient sous le contrôle opérationnel (OPCON) d’un état-major composé d’officiers des pays participant à cet exercice.

Au niveau opérationnel, les objectifs ont été atteints, c’est-à-dire l’acquisition du renseignement maritime par les sémaphores, son exploitation, ainsi que sa diffusion aux autorités concernées par le centre des opérations maritimes de la marine nationale CCOM.

Sur le plan tactique, les règles et procédures d’intervention et d’investigation en mer lors d’arraisonnement ou de contrôle de tout navire suspect ou hostile ont été respectées.

A travers cet exercice, les liens de coopération et d’amitié entre les différentes forces maritimes, regroupées sous le commandement de l’EASF, ont été renforcés. Celles-ci peuvent désormais participer activement à la sécurisation des voies maritimes et à la préservation des intérêts économiques régionaux.

Leave a Reply


Trackbacks