Conférence régionale sur la protection des enfants migrants : Une meilleure gestion des flux migratoires s’impose

13 mars 2018 9 h 46 min0 commentsViews: 181

Les enfants sont touchés par la migration de différentes manières. Ils sont laissés dans leur pays d’origine par leurs parents migrants, ou ils sont emmenés par leurs parents migrants, ou ils migrent seuls, indépendamment de leurs parents et de leurs tuteurs adultes.

Selon les statistiques de l’UNICEF datant de 2016, 44 millions d’enfants vivaient en déplacement soit dans leur propre pays, soit à l’étranger. C’est également un enjeu majeur dans la Corne de l’Afrique. Plusieurs pays – en particulier  Djibouti, l’Ethiopie, le Kenya et le Soudan – sont des destinations de transit pour la migration irrégulière d’enfants. Les 12 et 13 mars 2018, la conférence régionale sur la protection des enfants migrants dans la Corne de l’Afrique “ s’est tenue à Djibouti-Ville pour traiter les sujets relatifs aux enfants migrants non-accompagnés et séparés de leurs familles dans la région.

La conférence est organisée par le programme BMM (Better Migration Management de son sigle en anglais) avec le soutien de Save The Children. Le programme BMM est financé par l’Union européenne et par le Ministère fédéral allemand de la Coopération Economique et du Développement (BMZ).

Selon la Convention des Nations Unies sur les Droits de l’Enfant, il est du devoir de tout pays de faire en sorte que tous les enfants jouissent de leurs droits, sans tenir compte de leur statut migratoire ou de celui de leurs parents, et sans criminalisation. Concernant la protection et la migration des enfants dans la Corne de l’Afrique, les parties prenantes présenteront les réalités sur le terrain pour les enfants migrants et leurs besoins,  et les vulnérabilités spécifiques des enfants en déplacement dans la région.

Des représentants des Etats membres de l’IGAD, ainsi que ceux des ONG internationales, des organisations de la société civile et des agences des Nations Unies sont attendus. Les participants vont discuter des solutions nécessaires et des activités possibles pour le programme transversal de recherche et de réunification des familles (FTR), ainsi que le retour des enfants migrants à d’autres pays et la réintégration d’anciens enfants migrants. Ils aborderont également des thèmes tels que les espaces sécurisés et la protection des enfants migrants, la question des apatrides et des cas d’absence de documentation, ainsi que l’inclusion de la société civile lors du retour et de la réintégration. Les recommandations des participants seront présentées aux représentants des gouvernements concernés afin de promouvoir les meilleures pratiques en ce qui concerne les politiques adoptées envers les enfants migrants vulnérables à travers la région.

 

Le processus de Khartoum

Le processus de Khartoum est une Initiative des États de la Corne de l’Afrique, des États membres de l’UE ainsi que des Commissions de l’UE et de l’Union africaine. Le dialogue régional ainsi engagé doit réunir les pays d’origine, de transit et de destination des routes de migration régionales afin de renforcer le dialogue et la coopération en matière de migration et de mobilité et de mettre en œuvre des mesures intégrées visant à lutter contre la traite des personnes et le trafic illicite des migrants.

La plupart des pays situés dans la région de la Corne de l’Afrique sont souvent en même temps des pays d’origine, de transit et de destination de mouvements migratoires mixtes.

Le programme, intitulé «Améliorer la gestion des flux migratoires», soutient le processus de Khartoum et assure la mise en œuvre des priorités des pays africains concernés au sein d’un même programme.

L’objectif central du programme est d’améliorer la gestion des flux migratoires dans la région, et notamment de remédier à la traite et au trafic illicite des migrants à l’intérieur et depuis la Corne de l’Afrique.

Ce  programme  est réalisé pour le compte du gouvernement fédéral allemand et de l’UE et est financé à hauteur de 40 millions d’euros par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique (volet Corne de l’Afrique) et à hauteur de 6 millions d’euros par le Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement (BMZ). La mise en œuvre du programme est assurée par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH en coopération avec des partenaires européens et internationaux.

Leave a Reply


Trackbacks