Cérémonie d’inauguration du nouveau siège du parlement djiboutien : Un symbole fort de l’amitié djibouto-iranienne

23 novembre 2014 7 h 55 min1 commentViews: 480

Symbole de l’amitié et de la fraternité entre les peuples de Djibouti et d’Iran, le nouveau siège du parlement djiboutien a été inauguré hier par le président Ismaïl Omar Guelleh et l’illustre hôte de la République, le président de l’Assemblée consultative islamique d’Iran, M. Ali Larijani. Ce nouveau bâtiment moderne, plus spacieux et mieux équipé, a été entièrement financé par le gouvernement de la République islamique d’Iran. Une délégation iranienne forte de quarante membres et conduite par M. Larijani a participé à la cérémonie d’inauguration de ce bâtiment. De nombreuses délégations parlementaires venues du parlement arabe, de  Somalie, d’Oman, du Soudan, du Soudan du Sud, d’Ethiopie et du Yémen ont participé à la cérémonie qui a commencé tôt dans la matinée d’hier. Le Premier ministre Abdoulkader Kamil Mohamed, la Première Dame du pays, Mme Kadra M. Haïd,  les membres du Gouvernement dans leur ensemble, les membres du parlement, bref, toutes les institutions nationales étaient représentées à cette cérémonie à laquelle ont en outre participé les membres du corps diplomatique.

C’est sous un timide soleil de novembre qu’a eu lieu hier  sous une tente dressée en face de la Chambre de Commerce la cérémonie d’inauguration du nouveau siège flambant neuf du parlement djiboutien.

Cette cérémonie, placée sous le haut patronage du président de la République, M. Ismaïl Omar Guelleh, a réuni de nombreuses hautes personnalités, notamment une forte délégation iranienne conduite par le président de l’Assemblée consultative islamique d’Iran, M. Ali Larijani, une délégation conduite par le président du parlement arabe, M.Ahmed Ben Mohamed Al Jarwane, une délégation somalienne conduite par le président du parlement somalien.

En outre, des parlementaires soudanais, sud-soudanais, éthiopiens, omanais et yéménites ont répondu à l’invitation du président du parlement djiboutien, M. Idris Arnaoud Ali.

L’UIP, l’union interparlementaire des pays membres de l’IGAD (UIP-IGAD), a été représentée par son secrétaire général, M. Bourhan Daoud.

Les différentes délégations sont arrivées la veille, vendredi. Accueillies  à leur descente d’avion par le président Arnaoud entouré de plusieurs élus, elles ont été logées au Kempinski palace.

La cérémonie d’hier, présidée par le chef de l’Etat, M. Ismaïl Omar Guelleh, fervent partisan de la coopération sud-sud, fut placée sous le signe de l’amitié djibouto-iranienne.

Ce projet, né des discussions entre les autorités iraniennes et le président Guelleh en marge de sa première visite officielle en Iran, reflète l’excellence des relations entre les deux pays et la solidarité agissante de la République islamique d’Iran envers la RdD qui, sous le leadership éclairé d’un président volontariste, se bat pour avancer dans un monde en perpétuelle compétition.

Les invités de marque ont eu droit, en guise de mise en bouche, à un spectacle de danses et de chants du répertoire national, donnant une idée de la belle diversité ethnique djiboutienne.

Les joyeux flonflons de la troupe du 4 Mars et un chant langoureux du bluesman du terroir, Abayazid, ont complété cette première partie de la journée.

Les discours officiels ont commencé par celui de l’homme du jour, le président de l’Assemblée nationale, M. Idriss Arnaoud Ali. Mais avant d’évoquer le discours du président Arnaoud, intéressons-nous d’abord à celui du chef de l’Etat.

Le président Ismaïl Omar Guelleh a chaleureusement remercié la République islamique d’Iran pour avoir offert à la Représentation nationale djiboutienne ce bâtiment qu’il a qualifié de « chef d’œuvre».

S’adressant aux nombreuses autres délégations des pays amis, le Président a dit que leur présence à Djibouti était « un témoignage de l’amitié et de la fraternité entre nos peuples ». Il a ajouté qu’il y voyait aussi une preuve tangible de la bonne entente qui existe entre nos pays.  

« Cette inauguration, a ajouté le Président,  est un beau symbole pour le pouvoir législatif mais aussi pour notre démocratie. C’est toujours gratifiant pour une Institution d’inaugurer un nouveau local.

Mais la cérémonie d’aujourd’hui est plus que gratifiante. Car il s’agit de la représentation nationale qui, dans l’esprit des Djiboutiens et des Djiboutiennes, est un condensé de toutes les valeurs républicaines.

Il nous faut donc percevoir ce beau bâtiment comme un espace de conception de cet  idéal républicain que nous chérissons, plutôt que comme une simple construction matérielle. »

Les discours officiels ont commencé, nous l’avons dit tantôt, par celui du président Arnaoud, lequel a d’emblée remercié le chef de l’Etat pour son soutien et son appui à l’amélioration de la qualité du travail parlementaire.

« Nous savons tous ici, a-t-il dit,  l’intérêt et l’attachement que vous avez toujours manifestés à l’égard du pouvoir législatif, votre présence parmi nous aujourd’hui est source de réconfort et d’encouragent car nous voyons à travers celle-ci l’estime et l’appréciation positive que vous avez à notre égard. »

Il a ajouté qu’avec l’appui du Président, l’Assemblée’ nationale sera bientôt dotée d’un nouveau bâtiment où chaque élu disposera d’un bureau individuel, ce qui a suscité une salve d’applaudissements dans les rangs des députés.

Le président Arnaoud a rappelé que pendant des années, les députés ont légiféré dans un local exigu et vétuste hérité de l’époque coloniale.

Mais, a-t-il ajouté, c’est dans ce bâtiment-là qu’a été proclamée l’indépendance nationale. « C’est donc son caractère de lieu historique et de symbole national qui nous a poussés à construire ce nouveau bâtiment sur le même site ». Tout un symbole, donc.

Le président de l’Assemblée consultative islamique d’Iran, M. Ali Larijani, ancien interlocuteur des puissances occidentales dans le cadre du dossier du nucléaire civil iranien, a pour sa part prononcé un long discours en persan, admirablement traduit en français par l’un de ses conseillers.

M. Larijani a d’emblée indiqué que ce bâtiment qui abrite désormais les travaux de la Représentation nationale djiboutienne témoignait de la volonté de la République islamique d’Iran de renforcer la coopération entre les deux pays.

Il a ajouté que son pays était soucieux du renforcement des infrastructures dans les pays de la Corne de l’Afrique en général pour les aider à entrer dans un nouveau cadre géopolitique et économique afin de mieux garantir les intérêts de leurs peuples. Il a ensuite évoqué les succès de certains pays africains dans la lutte contre les conflits fratricides et la menace terroriste.

Mais, a-t-il dit, « dans certains endroits, la situation sécuritaire est toujours critique et la vie des gens, en particulier des femmes et des jeunes filles, est toujours incertaine ».

Evoquant le terrorisme, M. Larijani a cité comme étant l’une des causes du fléau l’humiliation historique des habitants de certaines régions du monde par les grandes puissances et a ajouté que la lutte contre le terrorisme par les pays qui ont contribué à sa prolifération n’était tout simplement pas possible.

Le président Larijani a ensuite longuement évoqué les relations djibouto-iraniennes. Il a rappelé que le chef de l’Etat djiboutien, M. Ismaïl Omar Guelleh et le chef de l’Etat iranien se sont rencontrés dans les capitales respectives des deux pays, que de nombreux accords de coopération ont été signés et que les nombreuses consultations entre les autorités des deux pays constituaient une preuve de la qualité de la coopération djibouto-iranienne qu’il qualifiée d’exemplaire et de dynamique.

M. Larijani a également salué le rôle joué par la République de Djibouti dans la lutte contre le terrorisme et la piraterie maritime.

Le président Guelleh et l’illustre hôte du pays, M. Larijani, ont ensuite inauguré le nouveau siège du parlement djiboutien qui fait la fierté des élus du peuple. Ils ont visité l’hémicycle où se déroulent déjà les principaux travaux parlementaires, et les différentes installations du bâtiment.

Notons enfin que ce symbole de l’amitié entre les peuples de Djibouti et d’Iran qu’est le nouveau siège du parlement djiboutien, érigé sur le site même de l’ancien bâtiment où fut proclamée l’indépendance nationale, est l’œuvre de deux entreprises iraniennes.

ABS

 

Leave a Reply


Trackbacks