Une cérémonie chargée d’émotion

6 août 2017 8 h 58 min0 commentsViews: 105

L’émotion était palpable jeudi dernier à la base de l’Armée de l’air lors de la cérémonie d’hommage national aux victimes du crash de la veille. Lunettes sombres, visage fermé, le chef de l’Etat contenait difficilement son émotion, lui qui connaissait et appréciait le défunt colonel Ibrahim Abdillahi Guelleh qui était souvent aux commandes de l’hélicoptère de l’armée que le Président utilisait pour ses déplacements en province. L’oraison funèbre devait être dite par le colonel Wahib Hassan Kalinleh, qui est à la tête de l’Armée de l’air. Mais ce  dernier, submergé par l’émotion, ne put s’exprimer et c’est un autre officier qui brossa le portrait du disparu. Il évoqua sa brillante carrière, sa solide formation et son ascension au sein de l’armée de l’air. Recruté en 1978, le défunt, né en 1958, était un pilote multi-moteur formé en France. Particulièrement bien noté au cours de sa carrière, il accède très vite à des postes de responsabilité. Le défunt avait aussi reçu d’importantes distinctions honorifiques nationales. Fait chevalier de la Grande étoile de Djibouti en 1993, il était devenu Officier du même ordre dix ans plus tard.

Le clou de la cérémonie aura été la remise de galons et de titres honorifiques aux défunts par le président Ismaïl Omar Guelleh. Le colonel Ibrahim Abdillahi Guelleh a ainsi été nommé à titre posthume colonel Major et élevé au rang de Commandeur de la Grande Etoile de Djibouti. Quant à ses deux élèves-pilotes, Hodane Ahmed Youssouf et Ilham Mohamed Ibrahim, elles ont reçu les grades de sergent et la médaille de la Vaillance. Les galons et les distinctions ont été posés dans le silence par le chef de l’Etat sur chaque cercueil. Le président Guelleh s’est ensuite tourné vers les familles des défunts et leur a présenté ses condoléances.  Les trois cercueils ont ensuite été conduits au cimetière de PK 12 où les défunts ont été inhumés selon le rite musulman. Unis par le destin, le colonel  Ibrahim Abdillahi Guelleh et ses deux derniers disciples ont été inhumés par leurs frères d’armes en présence du Premier ministre, du ministre de la Défense, du ministre de la Communication et d’autres hauts responsables.

Au-delà des cercles militaires et des autorités civiles, le défunt colonel Ibrahim Abdillahi était connu et apprécié par ses concitoyens, toutes communautés confondues. Son humilité, son caractère aimable et son grand cœur lui avaient attiré la sympathie de nombreux Djiboutiens qui gardent de lui le souvenir d’un homme bon. Paix à son âme et à celles des deux autres victimes.

ABS

Leave a Reply


 

Trackbacks

Close
Ne ratez plus les mises à jour de la Nation
En cliquant sur l'un de ses liens, vous serez informé en temps réel.