Célébration de la semaine nationale de l’enfant djiboutien : Inauguration d’une crèche communautaire au Quartier 6

21 novembre 2018 8 h 47 min0 commentsViews: 37

Première du genre au Quartier 6 de Djibouti-ville, une crèche communautaire a ouvert ses portes lundi dernier. Et ce sur l’initiative du ministère de la Femme et de la Famille (MFF) qui bénéficiait du soutien du bureau local de l’UNICEF.

Le ministère de la Femme et de la Famille (MFF) a inauguré la première crèche communautaire, lundi 19 novembre dernier au Quartier 6 de Djibouti-ville. L’initiative jouissait de l’appui du bureau local de l’UNICEF. Elle rentrait dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de l’enfance, et de la semaine nationale de l’enfant djiboutien.

Célébration de la semaine nationale de l'enfant djiboutien (1)

L’événement a réuni sur place la ministre de la Femme et de la Famille, Moumina Houmed Hassan, entourée de plusieurs de ses collaboratrices, la représentante de l’Unicef à Djibouti, Djanabou Mahonde, des responsables de l’Union nationale des femmes djiboutiennes (UNFD).

La ministre et ses invitées de marque n’ont pas boudé le plaisir de prendre un bain de foule et ont serré un bon nombre de mains tendues par les femmes et de jeunes filles, issues du voisinage et venues les acclamer. L’objectif de cette initiative est double. D’une part, les crèches visent à prendre en charge des enfants en bas âge tant sur le plan social que sanitaire. Il s’agit surtout de favoriser  l’éveil précoce et la stimulation intellectuelle des jeunes pensionnaires des crèches communautaires. D’autre part,  le MFF veut libérer les femmes dépourvues de moyens financiers des contraintes liées à la garde de leurs enfants en bas âge. Car cet état de fait freine considérablement l’autonomisation économique de la femme. Dans une brève intervention faite sur place, la ministre Moumina Houmed Hassan  a indiqué  que «l’objectif de ces crèches est de soutenir les familles les plus vulnérables qui n’ont pas les moyens d’envoyer leurs enfants dans des garderies payantes. Ces enfants auront ainsi une chance équitable de bénéficier d’un bon développement et seront mieux préparés à l’école ».

En effet, les crèches communautaires  offrent aux enfants de 1 à 3 ans l’opportunité de se développer grâce à un apprentissage par le jeu et d’améliorer leur développement. La mise en place de ces crèches permet aux femmes en situation précarité d’être plus disponibles pour pouvoir exercer des activités génératrices de revenus (AGR) et subvenir aux besoins de leurs enfants.

Mohamed Chakib 

Leave a Reply


Trackbacks