Campagne électorale des Législatives 2018 Obock : L’UMP entame des causeries de proximité avec les pêcheurs

14 février 2018 9 h 06 min8 commentsViews: 109

La direction régionale de l’UMP a remodelé sa méthode de campagne. Après avoir sillonné les différentes localités dans la région d’Obock, elle s’est lancée dans la compagne de proximité, en allant au siège de la coopérative de pêche d’Obock sis au quai d’escale, pour rencontrer et sensibiliser la communauté de pêcheurs et les inciter à voter massivement en faveur de la liste de la majorité sortante le 23 février 2018.

Le choix de rencontrer cette communauté n’est pas dépourvu de sens. Lorsqu’on connaît la position de la région d’Obock qui se situe à l’entrée de la Mer Rouge sur le Détroit du Mab-El-Mandeb qui sépare l’Afrique de l’Arabie. Une région qui grouille de ressources maritimes, notamment de poisson. La région d’Obock dispose d’une zone côtière de plusieurs centaines de kilomètres, allant de Ras Doumeira au Ras Ali. Cette zone poissonneuse permet à ceux qui aiment tremper leurs lignes dans la Mer, de se régaler de l’une des attractions très fortes de la région qui est la «pêche ».

Les pécheurs, installés dans leur local rénové et réhabilité, avec la générosité des pouvoirs publics, attendaient impatiemment la délégation de campagne conduite par M. Idriss Abdou Ali, le directeur de campagne. Ce dernier connaît la place de l’escale d’Obock où il a passé une partie de son enfance, et les pécheurs de la ville.

A sa descente de voiture, la délégation de campagne a été accueillie par le président de la coopérative  Ibrahim Omar Ali, alias Ibrahim Mougaq. Mais l’attention de la délégation a été attirée par la banderole sur laquelle on pouvait lire « Poisson de Mer, Santé de Fer ».

Le président de la coopération a souhaité la bienvenue à la délégation. Il est passé ensuite à la présentation de ses camarades de pêche, avant de finir par exposer l’intérêt de cette rencontre, tout en souhaitant que cette rencontre se tienne dans un climat de sérénité. Les pécheurs se sont lancés ainsi dans la discussion, en prenant tour à tour la parole. La parole a été en premier lieu accordée à Kami Mohamed Ali, doyen de la communauté des pêcheurs. Ce dernier s’est indigné des amalgames faits entre les pêcheurs qui passent la nuit, sous le vent hivernal, à pêcher et les passeurs de l’immigration clandestine qui se livrent à des activités illégales. « Nous condamnons et dénonçons ces pratiques illégales et inhumaines qui mettent en péril la vie, les plus souvent, des jeunes gens dans la mer agitée du Détroit du Mab-El-Mandeb », a-t-il affirmé.

Le secrétaire général de la coopérative, Abdoulkader Ibrahim Mohamed, a évoqué le cas de la future pêcherie pour laquelle l’appel d’offres est en cours de traitement. Il a demandé d’ajouter au projet une jetée susceptible de permettre aux embarcations de pêche de s’amarrer pour mieux éviter de ramener les bateaux jusqu’à la plage. Un autre pêcheur, Mohamed Ali, s’est invité au débat pour soulever une question importante. Il a sollicité un centre de réparation pour les moteurs tombés en panne et les boutres de pêche fissurés.

La direction régionale de campagne a pris note de toutes ces doléances avant d’apporter des réponses ou des solutions fiables pour surmonter les problématiques posées. Le candidat Kamil Mohamed a commencé par exprimer ses sincères remerciements pour l’accueil et poursuivit par des promesses dans le sens du développement du secteur de pêche. Il a finit par demander de leur accorder leur suffrage ainsi que ceux de leur famille, le jour des élections le 23 Février 2018.

Le directeur de campagne, Idriss Abdou Ali, a mis l’accent sur le développement du secteur de pêche. Il a précisé d’abord que notre zone côtière regorge de potentialités halieutiques qui ne sont pas encore suffisamment exploités. Il est d’une grande importance de mettre en place des moyens techniques et matériels susceptibles d’améliorer la pêche tout au long du littéral. D’ailleurs, ce domaine a bénéficié de nombreux investissements, essentiellement de fournitures et matériels, aussi bien offerts par le gouvernement que par les partenaires au développement. « Tout récemment, le gouvernement, avec l’appui du PNUD, a distribué des unités légères de pêche ainsi que des matériels. Ces efforts de soutien seront renforcés pour exploiter de manière suffisante nos ressources halieutiques. Maintenant, le problème qui se pose est celui des acheteurs » a-t-il expliqué.

« On est en train de chercher et de faire un appel pour un acheteur potentiel pouvant acheminer les poissons depuis Obock vers d’autres horizons », a-t-il continué.

Le directeur de campagne a terminé son intervention sur la question de l’immigration clandestine pour répondre à l’interpellation du doyen de la communauté de pêcheurs. Il a indiqué sur un ton fraternel en expliquant que l’immigration clandestine est un fléau que l’on doit combattre ensemble car « cela met en danger non seulement la vie des gens, mais également le développement du secteur de pêche », a-t-il conclu.

Leave a Reply


Trackbacks