Camp militaire d’Ali Ouney : Le BIR à l’honneur !

11 février 2019 9 h 59 min1 commentViews: 116

Le chef d’état-major général des forces armées djiboutiennes(FAD), le général de corps d’armée Zakaria Cheick Ibrahim, s’est rendu samedi dernier au camp militaire d’Ali Ouney, dans la région d’Arta, pour une visite d’inspection. Le haut gradé militaire était accompagné du général de brigade Taher Ali Mohamed, chef d’état-major de la Défense, du général de division Hassan Ali Kamil, conseiller du CEMGA, et de tous les responsables des Forces Armées Djiboutiennes (FAD).Cette visite du chef d’état-major général des Armées avait pour objectif de s’enquérir de la situation du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) et des avancées quant à la formation des militaires.

En effet, les éléments du bataillon BIR ont terminé leur formation initiale de base et ont déjà débuté la deuxième phase de leur cursus, à savoir la formation spécifique de commando. Ainsi, durant leur formation, sont programmés des cours particuliers à dominante fantassin tels que la formation des futurs chefs de groupe et chefs de section, le stage d’aguerrissement qui permet d’endurcir et de forger le mental du soldat, l’apprentissage du combat de localité, la spécialisation au tir technique spécifique aux commandos et bien d’autres.

Camp militaire d’Ali Ouney (1)

Dès son arrivée sur place, le général de corps d’armée Zakaria Cheick Ibrahim a été accueilli par le commandant du BIR,  le capitaine Omar Ali Hassan. Puis, le chef d’état-major général des FAD a procédé à la traditionnelle revue des troupes à la place du rapport.  Sa venue a permis de rehausser le moral des troupes du bataillon BIR et d’instaurer un climat de confiance entre le haut commandement militaire et les soldats qui avaient la nette impression d’être soutenus et suivis de près.

Une fois toute la délégation installée, le capitaine Omar Ali Hassan a effectué une  présentation de son bataillon, le BIR. Créé en août 2017 sur l’initiative du chef d’état-major général des Armées, le Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) a pour principal but de soutenir les FAD dans l’accomplissement des missions régaliennes qui leur sont dévolues.

Le BIR calqué sur le modèle des forces spéciales américaines. Jouissant d’un caractère particulier, le BIR est constitué de jeunes recrues dynamiques sélectionnées à des fins spécifiques. Ce bataillon est unique du fait de la spécificité de sa formation car son modèle est calqué sur celui des forces spéciales américaines, composées d’unités d’élite. Sa force réside dans sa capacité à se repartir en différentes unités d’interventions. Vivant au milieu d’une population pastorale, le bataillon BIR participe activement à l’amélioration des conditions de leur vie à travers des actions d’aide à la population, l’évacuation des malades par l’ambulance médicale militaire, l’approvisionnement en eau potable, etc. Ainsi, les éléments du BIR ont démontré leur savoir-faire et leurs acquis à travers des ateliers de démonstration. Le chef d’état-major général des FAD a, de ce fait, assisté en premier lieu à l’atelier de combat où les militaires ont démontré les nouvelles techniques de combat en fonction du terrain. Un groupe aguerri a présenté à la délégation leur savoir tactique en termes de combat à travers diverses articulations suivant la disposition du terrain que ce soit en milieu urbain (dans un village) ou sur terrain dégagé. La formation du groupe dépend intimement de l’environnement.

Puis, c’est au tour d’un autre groupe du BIR de démontrer leurs connaissances en matière d’orientation spatiale. L’atelier de topographie avait pour objectif de former les soldats sur l’utilisation de la boussole, l’orientation en milieu hostile, le calcul d’une coordonnée et l’estimation de la distance par rapport à un point donné. Ainsi, tout soldat, abandonné sur un terrain inconnu de jour comme de nuit, doit être en mesure de connaitre sa position actuelle. Il doit être capable de s’orienter et de se frayer un chemin à travers les lignes de l’ennemi afin de rejoindre son camp. C’est dans ces moments de survie que la topographie prend sa signification réelle.

Finalement, la démonstration s’est clôturée par un atelier de corps à corps. Cet exercice d’auto-défense permet de préparer les soldats en cas de contact direct avec l’ennemi. Il permet aussi de forger leur moral. Outil indispensable, le soldat doit être capable de se défendre à main nu en terrain de combat ou sur un terrain hostile. Il en va de sa survie.

Très satisfait des résultats, le général de corps d’armée Zakaria Cheick Ibrahim a exhorté les militaires du BIR à donner davantage pour la patrie et le pays. Il a souligné que le haut commandement militaire a placé beaucoup d’espérance en eux et que le pays attend  beaucoup du BIR. Le haut gradé militaire a conseillé aux jeunes soldats de garder toujours en soi la notion de dépassement de soi et du courage absolu qui ont toujours fait la renommée des forces armées djiboutiennes dans toutes les situations. Ainsi, pour leur témoigner de sa satisfaction, le chef d’état-major général des FAD a décoré les meilleurs éléments de ce bataillon pour le travail assidu et les efforts inlassables fournis. De ce fait, les plus méritants se sont vus promus au grade supérieur.

Leave a Reply


Trackbacks