Base logistique du PAM : Le programme de formation se poursuit avec l’aide du PAM

30 juin 2014 9 h 48 min0 commentsViews: 607

Le ministre des transports Moussa Ahmed Hassan a présidé dans la matinée de jeudi dernier, une cérémonie de remise de certificats de fin de formation à plusieurs jeunes qui ont bénéficié d’un stage de conducteurs de véhicules poids lourds et d’engins élévateurs.

Notre pays qui s’apprête à abriter la nouvelle base logistique du programme alimentaire mondial (PAM) a mis en œuvre un vaste programme de formation de conducteurs de poids-lourds et d’engins.

Cette base logistique du PAM dont les travaux prendront fin en 2015 permettra d’améliorer le stockage et le transport des vivres pour les opérations humanitaires dans la Corne de l’Afrique.

En effet, rappelons que cette nouvelle base construite près du port de Djibouti permettra au PAM ainsi qu’à la communauté humanitaire dans son ensemble d’acheminer l’aide de manière plus efficace et à moindre coût dans la région, le Port de Djibouti étant la porte d’entrée principale pour l’assistance alimentaire régionale.

C’est dans ce cadre-là qu’une centaine de jeunes djiboutiens ont été formés à la conduite de gros engins en vue de sortir de la précarité et participer activement au développement de leur pays.

Affrétés auparavant par cargo, les vivres seront désormais transportés par voie  avec la construction de ce centre humanitaire logistique, ce qui permettra en effet de réduire les coûts de transport de manière tangible, rendant à cet effet  l’assistance rapide et plus efficace.

La cérémonie de remise de certificats a réuni le ministre des transports, Moussa Ahmed Hassan, le ministre de l’Economie et des Finances, Ilyas Moussa Dawaleh et le représentant résident du programme alimentaire mondial en Ethiopie, M. Abdou Dieng.

A travers cette formation offerte par le PAM, il s’agit pour les jeunes djiboutiens de bénéficier de formations adéquates afin de contribuer à l’essor économique de notre pays, et conforter notre position de hub stratégique avec une main d’œuvre locale qualifiée.

Dans un mot prononcé à cette occasion, le ministre des transports a précisé que cette formation était le fruit d’une collaboration entre le PAM et son département amorcée en octobre 2012 suite à la signature d’un important mémorandum d’entente.

Le processus de formation, a-t-il fait savoir, a débuté en 2013 et a permis de former dans un premier temps un groupe de 79 personnes.

« Aujourd’hui, c’est le deuxième groupe de stagiaires composé de 28 caristes et de 43 chauffeurs de camions avec remorque qui vont recevoir leurs diplômes à la suite d’une formation de 45 jours.

Cette formation s’inscrit dans le cadre du processus de développement de la chaîne des transports et de la logistique. »

En outre, l’objectif du renforcement de la plateforme logistique de Djibouti passe par l’augmentation des ressources humaines qualifiées dans les domaines de compétences de ce secteur hautement stratégique, a-t-il ajouté.

«Sans une formation professionnelle de qualité, les objectifs de développement dans tous les secteurs ne pourront être atteints », a déclaré en substance M. Moussa Ahmed Hassan.

Le ministre des finances Ilyas Moussa a pour sa part mis l’accent sur la nécessité de ce genre de formation qui contribue selon lui à renforcer les capacités des professionnels de la chaîne logistique locale en vue d’une exploitation optimale des opportunités du corridor régional. « Il s’agit d’un marché important et les Djiboutiens doivent savoir en tirer profit ».

Cette nouvelle base logistique du PAM facilitera l’acheminement de l’aide humanitaire vers l’Ethiopie et Djibouti, mais également vers d’autres pays de la région comme le Soudan, le Sud Soudan, le Kenya, et la Somalie.

D’une capacité de stockage de 20 000 tonnes en volume étendu sur une superficie de 40 000 mètres carrés, cette structure  comportera également plusieurs hangars de stockage, des bureaux, des réserves  pour des médicaments,  et d’autres articles non alimentaires mais répondant tout autant  aux besoins des populations locales et régionales affectées par la sécheresse récurrente.

Destiné à desservir la RDD et  plusieurs pays voisins tels que la Somalie, l’Ethiopie, le Sud Soudan mais également le Yémen en cas de nécessité, ce centre  humanitaire logistique pourra contenir jusqu’à 40 millions de tonnes de nourriture.

N .Kadassiya

Leave a Reply


Trackbacks