Balbala Formation et Integration socioprofessionnelle des filles vulnérables : Le CASAF, l’école de la seconde chance

17 mai 2018 9 h 47 min0 commentsViews: 21

La salle de conférence du Centre d’Action Sociale et de l’Autonomisation des Femmes (CASAF), sis à Balbala, a abrité lundi 14 mai dernier une cérémonie de remise de certificat de fin de stage au profit d’une cinquantaine de jeunes filles issues de différentes filières d’apprentissage  de ce centre.

Formation et Integration socioprofessionnelle des filles vulnérables (1)

Placé sous la tutelle du ministère de la Femme et de la Famille, le CASAF a pour mission de former les jeunes filles issues des milieux les plus défavorisés. Une cinquantaine de jeunes filles suivent des cours sur les techniques de base des métiers de la cuisine, de la couture et de la coiffure. Des activités auxquelles s’est ajoute depuis juin 2017 un studio école où une trentaine de jeunes filles suivent des cours sur la photographie, les fonctionnalités de la camera vidéo, l’arrangement des sons, les jeux de lumières ainsi que les techniques de la conception rédactionnelle, dispensés par des professionnels djiboutiens de la communication à savoir Hasna Maki, Amin Mahamoud Ahmed alias  “Flash Amin’’  et Moustapha Mohamed Ali, “Moustache’’.

Les jeunes apprenantes de cette dernière filière viennent justement de boucler leur formation de 8 mois.

Le ministère de la femme et de la famille a organisé, dans la salle de conférence de ce centre, une cérémonie de remise de certificat de fin de stage pour les jeunes filles de ces différentes filières de formation. Parrainé par la secrétaire générale du MFF Mme Yasmine Salem Saïd, cette cérémonie a vu la présence de la directrice du CASAF Roda Ahmed Doualeh, les formateurs et des cadres du MFF.

Après un mot de bienvenue de la directrice du centre, la responsable de la filière audiovisuelle a pris la parole. Hasna Maki après avoir félicité les jeunes filles pour le sérieux qu’elles ont démontré durant la période de leur stage, a souligné que ces jeunes filles sont désormais capables de concevoir et réaliser des productions audiovisuelles en respectant les schémas et normes universelles requises.

La secrétaire générale du MFF, Yasmine Salem Saïd, qui l’a suivi, a d’abord rappelé que le CASAF est opérationnel depuis 2007.

«Le CASAF est une école de la deuxième chance et a pour vocation d’offrir des formations professionnelles à des jeunes filles et femmes déscolarisées ou n’ayant pas été scolarisées.» ajoute-t-elle en substance.

Mme Yasmine Salem a remercié en outre, l’ensemble des formateurs et les formatrices pour le travail accomplie durant cette période de formation. Par la suite, elle a félicité les lauréates et les a assuré que le ministère de la femme et de la famille les accompagnera pour  qu’elles puissent exercer le savoir faire qu’elles ont appris au CASAF.

Sur ce, les officiels ont attribué des certificats aux 30 jeunes filles de la filière des métiers de la communication et aux 20 autres qui ont bouclé une formation axée sur la coiffure esthétique, la couture, la broderie, et  la cuisine.

Zouhour Abdillahi 

Leave a Reply


Trackbacks