Atelier de formation de l’URI (United religious initiative) : L’Engagement civique, mode d’emploi

25 mai 2017 8 h 57 min0 commentsViews: 43

Un atelier de formation axé sur le Leadership des jeunes dans la corne d’Afrique, a été organisé par le bureau régional de l’URI,(United Religious Initiative),  pour la corne d’Afrique. Plusieurs associations de jeunes issus de la capitale et des régions de l’intérieur ainsi que des étudiants de l’UD ont pris part à cette session de formation qui s’est déroulée au siège de l’institut pour les sciences et la comptabilité des associations et entreprises. La formation portait notamment sur l’engagement civique et fut animé par le patron de l’instance locale, Mahamoud Ahmed  Sougueh, et d’autres experts. Temps forts…

Renforcer les capacités des associations de jeunesses dans la gestion et le contrôle des outils de communication, la planification et l’exécution des programmes ainsi que le monitoring et l’évaluation. C’est autour de cet ambitieux objectif que des dizaines de jeunes issus d’associations de la capitale et des régions ont travaillé durant les deux jours d’ateliers organisé par l’URI.

Dans son discours d’ouverture de l’atelier, le coordinateur régional et responsable du programme URI pour la corne d’Afrique, Mahamoud Ahmed Sougueh, a remis en contexte l’engagement civique « qui nait d’une émotion, ou d’une expérience particulière » et se nourrit par la suite avec « les contributions qui renforcent « la concrétisation d’actions avec des résultats et des impacts positifs pour les uns et les autres. Ce qui peut faire donc une différence et améliorer les conditions de v ie des personnes vulnérables».

…L’épanouissement des jeunes. Il a renchéri en mettant l’accent sur la formidable opportunité qu’offre la jeunesse qui est, a-t-il souligné, « une période d’intense apprentissage à une panoplie de situations nouvelles d’épanouissement personnel, des rencontres déterminantes et des découvertes de personnes et de vocations. » Ce qui lui a valu d’insister sur l’impérieuse nécessité de favoriser cet épanouissement en lui évitant tous les éventuels écueils et les obstacles de la vie.

Plus généralement, il faut dire que le programme vise à encourager les associations de jeunes à utiliser efficacement les outils de communication et de conscientisation sur le terrain afin de combattre l’extrémisme violent et promouvoir la culture de paix et de dialogue interculturel à tous les niveaux. C’est aussi l’occasion d’offrir des solutions et des réponses à des problématiques sociétales à travers les innovations dans la communication et les supports appropriés au terrain. L’URI a privilégié une approche thématique en trois phases. Tout d’abord, les intervenants se sont attachés à préparer les participants à la conception et le développement des outils nécessaires à une bonne communication. Ces derniers, tous issus des organisations de la société civile et des acteurs  non gouvernementaux ainsi que les leaders communautaires et les étudiants, ont pu se familiariser de manière primordiale avec tous les concepts et les outils de communication.

…Développer le leadership des jeunes. A commencer par les approches pour un meilleur leadership des jeunes. Dans cette partie, c’est M. Geid Hassan, professeur de philosophie et figure dans l’enseignement, qui a longuement évoqué les spécificités de l’engagement associatif. Il l’a expliqué comme « une volonté d’œuvrer pour une cause sociale (intégration des handicapés dans la vie sociale,), culturelle (promotion des langues maternelles), et écologique. Il a aussi défini l’engagement associatif comme « la synergie des volontés des individus à œuvrer pour défendre un but non lucratif, une cause bénéfique à leurs concitoyens car, a-t-il encore expliqué, les membres de l’association sont animés par un souci d’impulser un développement social, par une volonté de contribuer au bien être de la communauté. »

Il a également traité des valeurs éthiques qui doivent animer les leaders des associations. Il a expliqué qu’il fallait à tout prix éviter la recherche de « l’ascension politique et de garder une indispensable neutralité politique ». D’où son plaidoyer pour éviter « les ambitions personnelles avouées, en se dévouant pour les autres, pour la cause sociale, humaine, intellectuelle, culturelles.»

…Les Droits de l’Homme, un rempart pour la démocratie et la paix civile. Dans un second temps, c’est un expert et membre de la Commission nationale des droits de l’homme, M. Djibril Ismaïl Cher, qui a longuement traité des systèmes nationaux, régionaux et internationaux des droits de l’Homme. L’occasion pour lui de définir le concept des Droits de l’Homme et leur évolution et surtout mettre en lumière tous les droits et les prérogatives qu’elles impliquent. Il a par ailleurs indiqué les éventuelles et possibles violations de ces droits par l’Etat et ses agences dépendantes par actions ou par omissions et les protections et garanties prévues dans le cadre local et international. Ce sont les organismes et instances nationales et internationales qui sont chargées de rappeler et de faire pression sur les Etats afin de protéger et faire respecter les droits de chacun au sein des sociétés, a-t-il indiqué. Il a conclu en rappelant que « Le respect des droits de l’homme contribue au renforcement de la démocratie ainsi que la consolidation de la paix et la concorde civile ».

…Maîtriser la communication institutionnelle. Communiquer efficacement est essentielle dans une organisation. C’est ce qu’a expliqué, M. Kenedid Ibrahim Houssein, journaliste de presse et leader syndical. Dans son exposé, il a expliqué qu’une communication maitrisée sert à « valoriser l’institution publique et à contribuer aux bonnes conditions de son fonctionnement et à une meilleure émission des messages destinés au public ». Il a opposé cette forme de communication à la communication d’entreprise qui, a-t-il expliqué, « reste dans l’obligation de coopérer avec différents publics susceptibles de lui procurer des ressources ». Dans son intervention, M. Kenedid Ibrahim Houssein a également traité de la complexité du processus de communication et de tous ce que cela implique.

A l’issue des différentes interventions, les participants ont pu interagir avec les formateurs et approfondir les points essentiels des exposés. Puis, des tests rapides ont permis aux organisateurs d’évaluer la maitrise des thèmes essentiels et des points clés de leurs messages. Au bout des deux journées de formations, les participants ont reçu des attestations et des certificats de formation et des mentions spéciales des organisateurs.

MAS

 

Le point avec…Mahamoud Ahmed Sougueh

Coordinateur et représentant de l’URI pour la Corne d’Afrique

« Favoriser l’établissement de relations intergénérationnelles positives et enrichissantes »

 

La jeunesse africaine reste le moteur essentiel pour édifier une paix durable et une Afrique prospère et égalitaire. Pour encourager et renforcer cet idéal, il demeure primordial de consolider le dialogue entre les générations. Aussi, une solidarité accrue entre les personnes d’âges et de conditions différentes constitue le meilleur moyen de répondre aux défis du terrorisme violent, économique et social. C’est pourquoi nous sommes engagés à favoriser l’établissement de relations intergénérationnelles positives et enrichissantes pour tous et toutes. C’est le message essentiel et le fin mot de notre rencontre avec les associations de jeunes durant ces deux journées riches et encourageantes à tous les points de vue. Nous restons assurés qu’une dynamique positive et un halo s’est formé, et nous comptons capitaliser sur cela».

Leave a Reply


 

Trackbacks

Close
Ne ratez plus les mises à jour de la Nation
En cliquant sur l'un de ses liens, vous serez informé en temps réel.