Association JICA-Djibouti : Renforcement de l’amitié djibouto-japonaise Des engagements forts

4 avril 2017 9 h 26 min0 commentsViews: 105

L’association JICA-Djibouti a célébré mercredi 29 mars dernier, au Sheraton, le 20èmeanniversaire de sa création. L’événement y a regroupé l’ambassadeur du Japon à Djibouti, Tatsuo Arai, le représentant-résident de l’agence internationale de la coopération japonaise(JICA), Sasadate Koichi, plus de 150 membres de l’association JICA-Djibouti, dont le président Mohamed Youssouf Farah, et son prédécesseur, Tabarek Mohamed Ismaël, des militaires des forces d’auto-défense japonaises déployées au pays, et des invités de marque.

Plusieurs leçons sont à tirer de l’intervention que l’ambassadeur  Tatsuo Arai a faite au Sheraton. S’agissant de l’association JICA-Djibouti, elle a été créée en 1996. La structure associative regroupe aujourd’hui environ 300 bénévoles dont 2 ministres. Lesquels ont beaucoup contribué au renforcement des relations bilatérales djibouto-nippones dans divers domaines. Leur récent devoir de mémoire des victimes japonaises du séisme et du tsunami, qui avait frappé le nord-ouest du Japon en 2011, est une illustration de leurs actions dans ce sens. Voilà une marque d’amitié qui est allée droit au cœur des expatriés japonais.

Ces femmes et hommes ont bénéficié depuis 1982 des formations techniques au pays du soleil levant. Les unes et les autres sont devenus les chevilles ouvrières du programme djibouto-nippon de valorisation de capital humain. Ils sont souvent appelés à s’investir aux côtés d’experts japonais dans la réalisation des travaux d’aménagement de routes et ports, de construction d’écoles et de puits, de réhabilitation d’adductions d’eau potable sur toute l’étendue du territoire national.

Certains anciens stagiaires djiboutiens de la JICA prennent sous leur aile protectrice des jeunes volontaires japonais. Durant leur séjour au pays, ces derniers accompagnent le processus de développement des communautés urbaines et rurales au sein desquelles ils manifestent une volonté d’intégration sans le moindre préjugé.

Le fait souligne les côtés humaniste et rafraîchissant de la nouvelle stratégie de la coopération japonaise. Les jeunes volontaires nippons en sont les ambassadeurs.

On peut dire autant des bénévoles djiboutiens de l’association JICA-Djibouti dont les engagements forts en faveur du renforcement de l’amitié djibouto-nippone forcent le respect.

Leave a Reply


Trackbacks