En aparté avec…Abdi Dirir Guirreh Directeur général de l’enseignement au MENFOP

9 mars 2017 9 h 52 min0 commentsViews: 30

Il y a moins d’un mois, le MENFOP lançait une vaste campagne de visites médicales dans l’ensemble des écoles du primaire du pays avec près de 12.000 élèves ciblés. Le ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, M. Moustapha Mohamed Mahamoud, et son collègue de la Santé, Dr. Djama Elmi Okieh affichaient leur volonté d’assurer un accompagnement sanitaire et une couverture médicale élargie à tous les élèves. Nous avons voulu en savoir plus sur ce programme de santé scolaire mis en œuvre par le MENFOP. M. Abdi Dirir Guirreh, directeur général de l’enseignement, a bien voulu répondre à nos questions. Entretien…

« Assurer à l’ensemble des élèves une scolarité sereine et confortable »

La Nation : La campagne des visites médicales dans les écoles a été très favorablement accueillie par la rue Djiboutienne. Comment se déroule-t-elle et où en êtes-vous aujourd’hui ?

Abdi Dirir Guirreh : Tout d’abord, je voudrais rappeler que le MENFOP met en œuvre un vaste programme dédié à la santé scolaire dans lequel s’inscrit le volet des visites médicales que nous menons actuellement en collaboration avec le ministère de la santé. A ce titre, le Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, M. Moustapha Mohamed Mahamoud a consacré une ligne budgétaire dans le projet d’accès à une éducation de qualité (PAEQ), soutenu par la Banque mondiale pour soutenir le programme de santé scolaire qui lui tient à cœur. Ceci dit, et pour revenir à votre question, j’aimerais vous annoncer que nos visites médicales ont permis sur le seul mois de février, d’ausculter plus de 2552 élèves des classes de première année issus de dix-neuf écoles de Djibouti-ville. Les équipes mobiles du Ministère de la Santé, appuyées par le service de santé scolaire, ont donc fait un travail remarquable. Et les premiers résultats de ces visites ont fait ressortir que certains élèves examinés présentent  des pathologies diverses dont les plus dominantes sont les problèmes bucco-dentaires, les infections ORL, et les lacunes dans l’acuité visuelle entre autres. Par ailleurs, les élèves diagnostiqués comme souffrant de ces pathologies ont commencé à être transférés vers les centres de soins spécialisés et cela se poursuivra durant toute l’année scolaire afin de pouvoir toucher l’ensemble des enfants ciblés. A ce titre, le MENFOP à travers ses services a pris en charge le déplacement des élèves vers les hôpitaux et encourage les parents à les y accompagner. Lors des examens et des visites médicales, les données concernant les élèves sont traitées et enregistrées puis des dossiers médicaux sont montés pour assurer un suivi personnalisé.

Quelle sera l’étape qui va suivre ces visites médicales ?

Cette première phase de dépistage réservée aux élèves de première année, a été précédée d’un pré-dépistage qui a touché l’ensemble des enfants scolarisés dans nos écoles. Ainsi, plus de  trois mille (3000) élèves de tous les niveaux de l’enseignement de base ont été diagnostiqués comme souffrant des carences auditives ou visuelles voire d’autres pathologies. Ceux-ci ont été orientés vers les centres médicaux spécialisés. C’est aussi ce que nous prévoyons une fois les visites médicales arrivées à leur terme, et l’ensemble des enfants souffrant de difficultés ou des pathologies susmentionnées diagnostiqués. Le MENFOP a acquis plus de huit mille (8000) lunettes de vue et près de quatre cent (400) appareils et matériels auditifs pour les leur offrir. Mieux encore, ces enfants disposeront chacun d’un dossier médical durant toute leur scolarité et pourront donc bénéficier d’un suivi médical et une couverture sanitaire personnalisée.

Votre programme de santé scolaire ne manque pas d’ambition visiblement …

En effet, le ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, M. Moustapha Mohamed Mahamoud a décidé d’assurer à l’ensemble des élèves de notre école djiboutienne une scolarité sereine et confortable afin de leur garantir les meilleures chances de réussite. C’est ainsi qu’il a ordonné de réorganiser et restructurer le service de la santé scolaire avec des partenaires forts et dynamique comme le ministère de la Santé d’abord mais aussi le Secrétariat d’Etat aux Affaires Sociales ainsi que d’autres institutions et organisations partenaires. Avec le ministère de la Santé, le MENFOP a passé une convention qui prévoit, outre la campagne des visites médicales et la couverture sanitaire élargie à tous les élèves scolarisés, la mise en place d’infirmerie et de salles de soins au sein des établissements scolaires. A ce jour, cinq lycées de la capitale sont déjà pourvus d’infirmerie équipée qui fonctionnent à plein régime. Aussi, cinq (5) infirmiers diplômés d’Etat sont détachés par le ministère de la santé. Dans le reste des établissements privés, nous sommes engagés dans un travail de recensement des salles disponibles et des besoins en équipements avant d’accueillir les infirmiers et les personnels médicaux que le ministère de la Santé s’est engagé à nous affecter selon ses moyens et disponibilités. Avec le Secrétariat d’Etat aux Affaires Sociales, le MENFOP a passé une convention visant à offrir une aide matérielle et financière substantielle aux élèves souffrant de handicaps moteurs ou de carences visuelles ou auditives. A ce titre, une enquête menée dans les lycées a permis la prise en charge de soixante-dix (70) élèves handicapés qui perçoivent aujourd’hui une bourse mensuelle de quinze mille francs (15.000 Fdj). Et cette aide sera étendue dans les années à venir aux élèves dans la même situation dans les niveaux d’enseignement inférieur comme le collège et le primaire. Au-delà de ces grands partenariats, le MENFOP et notamment le service de santé scolaire en partenariat avec le reste des départements de l’institution, met en œuvre des campagnes de sensibilisation et d’éducation aux comportements responsables face aux risques et aux dangers du VIH/SIDA, du tabagisme voire de l’alcool…etc. A ce titre, le chef du service de santé scolaire, M. Abdillahi Badmah a distribué des kits de premiers secours dans les établissements scolaires à travers tout le pays. Nous menons activement aussi des campagnes sur la préservation de l’environnement ainsi que l’hygiène et la propreté comme le lavage des mains et les gestes qui sauvent (premiers secours) auprès des populations scolarisés dans tous les niveaux et ordres d’enseignement. Vous ne pensez donc pas si bien le dire, car effectivement le MENFOP a engagé des efforts tous azimuts pour assurer une scolarité sereine à tous les élèves de l’école publique et leur assurer les meilleures chances de succès.

Propos recueillis par MAS 

Leave a Reply


 

Trackbacks

Close
Ne ratez plus les mises à jour de la Nation
En cliquant sur l'un de ses liens, vous serez informé en temps réel.