Ambassade du Japon à Djibouti : Des nouveaux financements pour 3 micro-projets communautaires

20 mars 2017 8 h 34 min0 commentsViews: 126

L’ambassadeur du Japon accrédité à Djibouti, Tatsuo Arai, a entériné  hier la signature de contrats sous forme de dons au bénéfice de trois micro-projets communautaires. La cérémonie de signature s’est déroulée dans la salle de conférence de la chancellerie diplomatique japonaise. L’octroi de ces financements rentre dans le cadre du programme de la représentation diplomatique nippone visant au renforcement de la sécurité humaine.

Une première enveloppe de 81 676 dollars américains, environ 14,5 millions de nos francs, a été attribuée au projet de  l’association des femmes d’Obock pour le développement. Le dit-projet porte sur la réhabilitation et la construction d’un centre de formation professionnelle dans la région d’Obock. Son objectif est de renforcer les capacités du centre en vue de l’autonomisation socio-économique des femmes d’Obock.

D’un montant de 77 590 dollars américains, soit l’équivalent 13,8 millions de nos francs, une assistance financière a été accordée au projet du réseau des associations de Cheick Osman. Celui-ci consiste en la construction de 4 citernes enterrées au village de Holl-Holl dans la région d’Ali-Sabieh. L’initiative  a pour but d’améliorer l’accès à l’eau pour 1152 habitants des localités de Bihidleh, de Golbiyo, d’Alraha et d’Alleyleh.

Idem, l’association pour le développement culturel et artisanal de Mêdého s’est vue octroyer un  financement de 26 881 dollars américains, environ 4,8 millions de francs djiboutiens, pour son projet de  construction d’une citerne enterrée au village de Rouheli dans la région de Tadjourah. L’aboutissement de ce chantier permettra  d’améliorer l’accès de la population locale, forte de 300 âmes,  à l’eau.

Avec la signature des  ces 3 contrats de don, l’ambassade du Japon à Djibouti a financé 47 projets communautaires pour un montant total de 3 269 811 dollars américains, soit environ 5 cent milliards 8 cent millions de francs djiboutiens, depuis le lancement de son programme de renforcement de la sécurité humaine en 1996.

Leave a Reply


Trackbacks