3 Questions à…Andrews Jeffreys PDG d’OBG

6 décembre 2018 9 h 09 min0 commentsViews: 40

Vous venez de remettre au président de la République le Rapport OBG 2018. Quel est le contenu de ce rapport?

Oxford Business Group (OBG) est un cabinet d’intelligence économique et de conseil londonien présent dans plus de trente pays à travers le monde, au Moyen Orient, en Afrique, en Asie et en Amérique Latine. OBG développe une variété importante d’analyses reprenant l’ensemble des aspects de l’économie de ces pays et ceci à travers une multitude de plateformes comme The Report, nos actualités et tribunes économiques ainsi que nos Global Platform – entretiens vidéos exclusifs. Résultats de six mois de recherches approfondies sur le terrain,The Report: Djibouti 2018 est notre deuxième édition sur le pays depuis 2016 et a pour objectif d’identifier les opportunités et les défis qui se présentent aux investisseurs étrangers dans tous les secteurs de l’économie djiboutienne notamment ceux des transports, la logistique, la construction, et l’énergie.

En complément de ces analyses, The Report comprend des interviews exclusives de principaux intervenants nationaux, notamment du Président Ismaïl Omar Guelleh ; du ministre de l’Economie et des Finances, Ilyas Moussa Dawaleh,  du ministre de l’Investissement, Ali Guelleh Aboubaker, du gouverneur de la Banque Centrale de Djibouti, Ahmed Osman Ali, et du président de l’Autorité des ports et des zones franches de Djibouti, Aboubaker Omar Hadi. Parmi les représentants étrangers, figurent également dans The Report des interviews du sous-secrétaire d’Etat aux affaires africaines au Département d’Etat américain, Tibor Nagy, du directeur de la Institute of New Structural Economics à l’Université de Pékin, Justin Yifu Lin, et de la directrice générale du FMI, Christine Lagarde.

Nous nous réjouissons d’être à nouveau l’outil de référence pour le milieu des affaires internationales et en particulier le monde anglo-saxon. En plus de nos abonnées, The Report: Djibouti 2018 est également disponible à plus 1.5 millions d’utilisateurs à travers les plateformes Bloomberg Terminal, Dow Jones Factiva et Thomson Reuters.

C’est le deuxième rapport qu’Oxford Business Group consacre au pays après celui de 2016. Comment les investisseurs perçoivent-ils Djibouti et ses performances économiques ?

Djibouti est à la croisée des chemins. Stratégiquement situé entre l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie, le pays bénéficie d’une position géographique privilégiée qui a permis à son économie d’enregistrer deux décennies de croissance économique consécutive. En plus de sa localisation stratégique, c’est aussi la prospérité économique ainsi que la stabilité qui font de Djibouti une destination intéressante. Le PIB du pays a augmenté de 6,8% en 2017 et devrait atteindre 6,9 % en 2018.

Au cours des dernières décennies, une bonne partie des investissements a été consacrée à la mise à niveau et à l’expansion des infrastructures et des réseaux de transport. Depuis 2016, trois nouveaux ports sont en activité (Doraleh, Tadjourah et Ghoubet), un chemin de fer relie désormais les villes de Djibouti et Addis-Abeba, en Éthiopie, et la première phase de la zone de libre-échange internationale – la plus grande en Afrique – a été inaugurée. Tous ces projets, qui pour la plupart sont financée par des investisseurs étrangers, attestent de l’attractivité de Djibouti.

Quelles sont vos impressions personnelles sur Djibouti?

Il s’agit de ma première visite à Djibouti et j’en suis ravi. J’ai eu la chance de pouvoir me rendre au Lac Assal où le paysage est à couper le souffle. C’est vraiment une expérience unique de se retrouver au point le plus bas d’Afrique, à plus de 150 mètres au-dessous du niveau de la mer. Djibouti est une destination fascinante et je sais que mes collègues qui y ont passé plusieurs mois dans le cadre de notre recherche ont pu pleinement profiter de sa culture, déguster sa cuisine et nouer des amitiés avec son peuple.

Leave a Reply


Trackbacks